• Terre de vent Michèle Perret

    Terre de vent de Michèle PERRET livre édité chez L'Harmattan - Graveurs de Mémoire

    Terre de vent Michèle Perret

    Terre de vent de Michèle PERRET livre édité chez L'Harmattan - Graveurs de Mémoire

    Il s'agit d'un roman. Choune est une petite fille qui vit en Algérie dans une grande ferme. L'époque racontée : 1939 à 1945.  

    L'Auteure nous entraîne dans cette période de l'enfance, qui pour tout un chacun, est toujours une aventure, fut-elle heureuse ou malheureuse nous la vivons ou nous l'avons vécue dans la merveilleuse naïveté et parfois l'insouciance des premières années où nous nous adaptions aux situations, selon nos propres capacités.

    La petite Choune vit son quotidien dans une bulle, heureuse parfois troublée par des violences et des injustices qu'elle ne comprend pas. Elle est transparente cette petite Choune ou plutôt entre parenthèses en plein milieu d'une foule de personnages.

    Qu'importe l'époque, si l'on a connu un peu ce pays, on retrouvera forcément : la tiédeur de l'air, les pieds nus sur les carreaux froids, les ombres... les autres enfants, les gens.

    Page 35/36, comme un vol d'étourneaux... ce monde pépiait d'enfants... j'ai beaucoup aimé ces deux pages, et s'il y a eu vraiment un " petit éclair orangé derrière le tronc des palmiers " (j'adore cette phrase) j'imagine plutôt qu'il s'agit de la petite Choune elle-même qui regarde sans être vue et non pas les ombres que croit apercevoir Samra. Dans les pays chauds l'ombre est primordiale et vitale. Ce mot "ombre" revient souvent, même s'il est employé plutôt au sens figuré, il est omniprésent.

    Tout le temps de ma lecture, bien que n'ayant pas eu du tout la même enfance, j'ai cru vivre aux côtés de la petite Choune dans cette grande ferme et dans ce pays. J'ai reconnu Farid et son petit âne... et les gosses qui courent et crient derrière lui pour le faire avancer... j'ai vu les plantes et j'ai pris plaisir à retrouver le parfum de certaines fleurs... j'ai reconnu la terre craquelée... les mouches... les ronces... l'eau précieuse, ô combien.

    Michèle Perret nous mêle à une vie quotidienne autobiographique sans doute pour une très grande part, romancée bien sûr. En fait, Le vent chaud m'a emportée et j'ai navigué entre la rêve et la réalité et puis j'ai retrouvé l'Algérie et certaines sensations de mes jeunes années.

    C'est très joliment très tendrement écrit. J'ai beaucoup aimé également les pages 108/109...

    je ne note ici qu'un extrait : " C'est là que Choune a passé ses heures les plus exaltées, toute puissante d'être si haut, au-dessus du vide, face au vaste monde. Les fleurs jaunes du caroubier, autour d'elle, pleines de bourdonnements d'insectes, sentaient le miel...... Rester là, rêveuse, âme de l'arbre, prise dans le bourdonnement des guêpes et les odeurs de miel. Sentir le vent, planer au-dessus des vignes, plonger dans l'intense ciel bleu, une mer profonde et calme.... Tout d'un coup, après le jardin clos, posséder un horizon immense, les touffes de trembles dans le lit de l'oued, la ligne gris-bleu de la route, les oliviers argentés, les collines. ... "

    Tout le livre est comme ça, tout y est, j'aime cette petite Choune et j'apprécie de lire Michèle Perret. J'ai plongé dans ces souvenirs-là, bien que n'ayant pas connu cette époque et j'ai retrouvé curieusement des goûts et des parfums jamais oubliés finalement.

    ...et se noyer dans l'ombre incertaine du souvenir. Citation de Italo Calvino
    A lire, ne vous privez pas

     

    Tempête

    Si vous aimez cet artile, partagez-le sur Facebook : partagez merci
    Pin It

  • Commentaires

    7
    Samedi 28 Février 2015 à 14:01

    Voilà je viens de retirer vos messages Josette, j'ai envoyé à l'instant votre adresse e-mail à Michèle Perret qui va prendre contact avec vous. Ravie d'avoir servi à vous retrouver !!! bonne journée.

    6
    josette
    Samedi 28 Février 2015 à 12:15
    Merci,merci,Michèle de me répondre je pense si souvent là bas que de souvenirs qui remontent,
    oui j ai reconnu les photos de la ferme la cariole avec cerise,c est Pierre qui tenait les guides,malheureusement Pierre est décédé y a 2
    ans Marcelle et moi allons bien. Maman (Josehine) est décédée en 2007.j aimerai avoir des nouvelles de Catherine et Marie Helene.je vous joins mon mail.
    je n en reviens pas,,,,,,,,merci
    amicalement Josette
    5
    Samedi 28 Février 2015 à 09:55

    Chère Josette si vous souhaitez l'adresse mail de Michel Perret merci d'écrire ici : cotedesisles@yahoo.fr et je vous l'adresserai aussitôt. Bonne journée.

    4
    Michèle Perret
    Samedi 28 Février 2015 à 09:18

    Bonjour Josette. Quelle surprise et quelle émotion de te découvrir sue ce blog. T'es-tu reconnue ? Il faut que Babou te donne mon adresse mail. Comment vont Pierre et Marcelle ? Amicalement, Michèle

    3
    Vendredi 27 Février 2015 à 19:46

    Heureuse Josette de votre émotion que je veux transmettre à Michèle Perret sur facebook. Cela est important de transmettre les messages qui vous sont dus. Merci beaucoup Josette de votre intervention sur cette page consacrée à l'ouvrage magnifique de Michèle " Terre de Vent ".

    2
    josette
    Vendredi 27 Février 2015 à 19:29
    Que d émotion en regardant les photos de la ferme
    j ai grandit ,,Pierre Marcelle et josette je n oublié pas
    1
    Michèle Perret
    Jeudi 30 Mai 2013 à 10:06

    Bonjour, Babou, sur ton nouveau site !

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :