• Saint Exupéry Lette à Mme François de Rose

    Ecrits de guerre (1939-1944) Antoine de Saint-Exupéry

    Saint Exupéry Lette à Mme François de Rose

    Antoine Marie Jean-Baptiste Roger de Saint-Exupéry né le 29 juin 1900 à Lyon et disparu en vol le 31 juillet 1944 en mer, au large de Marseille, Mort pour la France, était écrivain, poète et aviateur français. 


    Lettre à Madame François de Rose. Mai 1944. Collection Folio. Page 404/405


    Je vous remercie, chère Yvonne, pour beaucoup de choses. Je ne sais pas dire lesquelles (les choses qui comptent sont invisibles...) mais j'ai sans doute raison puisque j'ai envie de vous remercier. Ce n'est d'ailleurs pas tout à fait ça. On ne remercie pas un jardin.

    Et moi j'ai toujours divisé l'humanité en deux parties.

    Il y a les Êtres-jardin et il y a les Êtres-cour. Ils promènent leur cour avec eux, ceux-là, et vous font étouffer entre leurs quatre murs. Et on est bien obligé de parler avec eux pour faire du bruit. C'est pénible le silence dans une cour. Mais dans les jardins on se promène. On peut se taire et respirer. On est à l'aise. Et les surprises heureuses viennent tout simplement au-devant de vous. On n'a rien à chercher. Un papillon, un scarabée, un ver luisant se montrent. On ne sait rien sur la civilisation du ver luisant. On rêve. Le scarabée a l'air de connaître où il va. Il est très pressé. ça c'est étonnant et l'on rêve encore. Puis le papillon. Quand il se pose sur une large fleur, on se dit : c'est pour lui comme s'il se posait sur une terrasse de Babylone, un jardin suspendu qui se balancerait... Puis on se tait à caue de trois ou quatre étoiles.


    Non, je ne vous remercie pas du tout. Vous êtes comme vous êtes. Simplement, j'ai envie de me promener encore chez vous.


    J'ai aussi pensé autre chose. Il y a les gens route nationale et il y a les gens-sentiers. Les gens route nationale m'ennuient. Je m'ennuie sur le macadam parmi les bornes kilométriques. Ils marchent vers quelque chose de bien précis. Un gain, une ambition. Le long des sentiers, au lieu de bornes kilométriques, il y a les noisetiers. Et l'on flâne pour croquer des noisettes. On est là pour être là. A chaque pas on est là pour être là non pour ailleurs. Mais il n'y a absolument rien à tirer des bornes kilométriques...

    ...

    Je me fais vieillard à barbe blanche qui hoche la tête. Comme si je regrettais une jeunesse vécue sur les chars à bœufs. J’ai dû être, autrefois, roi mérovingien. Cependant j’ai couru toute ma vie. Mais je suis un peu las de courir. (Peut-être qu’il n’y a qu’un r à courir ?) Je comprends aujourd’hui seulement un certain proverbe chinois « Trois choses ruinent l’ascension de l’esprit. Primo le voyage … » Et ce mot que m’a dit vingt fois Derain : « Je n’ai connu que trois grands hommes véritables. C’étaient trois illettrés. Un berger savoyard, un pêcheur, un mendiant. Ils n’étaient jamais sortis de chez eux. Ce sont les trois seuls hommes qui, de toute ma vie, ont forcé mon estime… »

    Et puis ce mot ravissant de la pauvre José Laval, retour des Etats-Unis, qui me disait : Je suis contente de revenir. Je ne suis pas à l’échelle des gratte-ciel, moi. Je suis à l’échelle des ânes.

    Et moi, j’ai une indigestion des bornes kilométriques. Et ça ne mène à rien. Il serait tout de même temps de naître.

    En attendant la vocation de Solesmes (c’est bien beau le chant grégorien) ou du monastère tibétain, ou du métier de jardinier, je recommence à tirer des manettes de gaz et, à six-cents kilomètres heure, de n’aller nulle part.

    Saint Exupéry Lette à Mme François de Rose

     

    Pin It

  • Commentaires

    2
    Lundi 17 Mars 2014 à 11:10

    Je te souhaite une belle semaine et te remercie de ton passage ici. A très vite et bonne journée Mousse.

    1
    Lundi 17 Mars 2014 à 10:09

    Bonjour chère Babou,

    Un beau récit, je ne connais pas, l’homme oui bien sûr, belle écriture.

    La semaine recommence, il fait tout gris, mais nous avons eu un très beau week-end.

    Bonne journée, je t'embrasse avec toute ma tendresse.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :