• POLISSE sur Arte

    POLISSE - présenté sur ARTE mercredi 12 avril 2018

    Date de sortie 19 octobre 2011

    Réalisatrice : Maweïnn

    POLISSE sur Arte

    SYNOPSIS ET DÉTAILS

    Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

    Le quotidien des policiers de la BPM (Brigade de Protection des Mineurs) ce sont les gardes à vue de pédophiles, les arrestations de pickpockets mineurs mais aussi la pause déjeuner où l’on se raconte ses problèmes de couple ; ce sont les auditions de parents maltraitants, les dépositions des enfants, les dérives de la sexualité chez les adolescents, mais aussi la solidarité entre collègues et les fous rires incontrôlables dans les moments les plus impensables ; c’est savoir que le pire existe, et tenter de faire avec… Comment ces policiers parviennent-ils à trouver l’équilibre entre leurs vies privées et la réalité à laquelle ils sont confrontés, tous les jours ? Fred, l’écorché du groupe, aura du mal à supporter le regard de Melissa, mandatée par le ministère de l’intérieur pour réaliser un livre de photos sur cette brigade. LIEN POUR EN SAVOIR PLUS ICI.

    *****

    j'ai aimé ah oui j'ai bien aimé.

    Mon avis perso :  J'ai cru au réalisme des situations bien que je ne connaisse pas le métier en question. J'ai apprécié tous les acteurs avec une Karine Viard-Nadine en tête, c'est vraiment la meilleure, elle est d'un naturel cette femme ! et toujours aussi crédible dans n'importe quel rôle décidément. Marina Foïs-Iris,  troublante et chargée d'un passé dont elle ne peut se défaire (j'aime le côté psycho et torturé des gens.. aller chercher au fond d'eux, j'ai été gâtée) Marine Foïs est parfaite dans ce rôle, ce regard si plein de souffrance. Frédéric Pierrot-Balloo dynamique, directif, j'ai été favorablement surprise. Étonnée par le jeu de Joey Starr-Fred flic au grand cœur ou tout simplement humain jusque dans ses étreintes réconfortantes si pleines de compassion et d'amour pour ce petit bonhomme arraché à sa maman.. j'ai pleuré, beaucoup. Sandrine Kiberlain en maman épouvantée, complètement perdue qui dénonce son mari du viol de leur fillette. Des séquences très pénibles. J'ai ri aussi et il n'y avait pourtant pas de quoi mais comme pour les protagonistes du film ça devait-être nerveux de voir et d'entendre décidément trop de cette misère humaine d'une naïveté aberrante.. constater l'impensable face à une grande enfant à qui personne n'a jamais inculqué les limites à ne pas dépasser pour qu'on la respecte et pour qu'elle se respecte elle-même.

    Bref oui, d'excellents acteurs pour une brigade des mœurs, un groupe homogène où séparément chaque être humain est bien touchée psychologiquement par l'accumulation de faits sociétaux dramatiques souvent pervers, ici des enfants impossibles à aider davantage, impossibles à suivre car ça ne fait pas partie du job, il y a d'autres services pour cela, d'autres services qui doivent prendre le relais, mais d'autres services aussi probablement dépassés par les événements et le manque de moyens (alors surtout ne pas s'impliquer trop ! ça rappelle ce qu'on entend dans les briefing des services sociaux des services médicaux ou para-médicaux en cancérologie pédiatrique entre autres, non ? Faire le vide en sortant.. ne pas trop s'impliquer c'est si facile à dire mais à faire quel travail sur soi).  j'ai été choquée vraiment par la dernière scène du film, je pensais : l'enfant a un capital "récupération" qu'il ne faut pas négliger mais sur lequel on ne sait pas si l'on peut compter dans le temps car s'il a réchappé aux horreurs destructrices il devient un adulte marqué à vie et souvent dominé par ses vieux démons.

    Un bémol, Maïwenn si magnifique si talentueuse Maïwenn..  Après réflexion je suis restée perplexe jusqu'à me demander : – il y a un intrus dans ce film, lequel ? et bien c'est elle c'est Maïwenn-Melissa-photographe.. elle aurait dû être le fil conducteur qui au final se met en pointillés puis disparaît malgré son tendre rapprochement avec Joey-Fred qui a grand besoin de réconfort. J'ai imaginé pour vraiment intégrer Melissa au groupe une réunion présentant des clichés étonnants pour tout le monde, des clichés.. sa vision humaine des interventions auxquelles elle a assistée.

    Très bon film mais c'est mon avis perso et j'ai cru lire que beaucoup finalement n'avaient pas aimés.

    Enfin j'ai été particulièrement sensible à la musique de fin : La fin Stephen Warbeck - ce contraste avec la violence de notre vie au XXIe siècle.

     

     

     POLISSE sur Arte

    UN FILM A VOIR 

     

     

     

     

     

    Pin It

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :