• Impossible d'oublier ces grandes étendues immenses et hostiles et belles tellement belles

    Toujours il me revient

    Toujours il me revient,

    Toujours il me revient des sables et des dunes
    influencés soumis aux caprices des lunes
    se muant sous les pas de nomades confiants
    qui larguent les amarres sur ce vaste océan

    où les vagues se gonflent se dressent
    et s'échouent, s'élancent les traitresses
    à broyer dans le vent le sif par son faîte
    englouti au combat et hurlant sa défaite.

    La divine étendue, ce bouillonnant désert,
    implacable et féroce écrasé de lumière,
    condamne redoutable à qui affrontera
    les colères d'Allah qui fait ici la loi.

    Tous ces enfants, ces femmes et hommes résolus,
    subsistent grâce à Dieu dans cet abime ardu,
    mais leur foi souveraine toujours cortégera
    leur vie rude ancestrale qui se perpétuera.

    Toujours il me revient, toujours il me fascine,
    quand dans mes rêves même la chaleur assassine
    me ramène à l'esprit que tu es là en moi.
    Toujours il me revient ce divin Sahara.

    Catherine Pallois - Marthe des Monts - Tous droits Réservés.

     

     

    Tempête

    Si vous aimez cet article, partagez-le sur Facebook : partagez merci
    Pin It

    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique