•  Le hammam est une pure merveille et je conseille à tous d'essayer au moins une fois dans sa vie. Pour moi, ça n'est pas simple car je suis obligée d'ôter mes lunettes... mais sinon quel bien-être. Remis à jour cette année 2019

    Le hammam

    La musique m'a été soufflée par "Le palais des gifs"

    Le Hammam,

    Lors d'un lointain séjour là-bas sous le soleil
    à parcourir ses terres les yeux pleins de merveilles
    des pensées vous reviennent et elles ne sont pas tristes
    lorsque dans un hammam vous entrez en touriste.

    Là où les femmes sont reines loin du regard des hommes
    vous muez en petite shéhérazade en somme.
    Une moiteur brûlante présageant d'un malaise
    vous fait d'abord l'effet d'une douche écossaise.

    Dénudée comme un ver et quelque peu gênée
    vos vêtements à terre et le cheveu lâché,
    la honte vous submerge, on vous fixe à outrance,
     vous optez pour laisser vos lunettes en souffrance.

    Dans une ambiance trouble, inattendue, bluffante..
    où grouillent à vos côtés des ombres turbulentes
    qui jubilent et piaffent d'étonnements aigus
    vous voilà prise au piège en pays inconnu.

    Ressentez-vous l'effet de ce décor ouaté ?
    Au fond d'un long couloir de douches équipées
    vous allez droit devant où un trait de lumière
    pénètre du plafond percé de meurtrière.

    Cessez-là de rêver aux aurores boréales
    mais appréciez plutôt la chaleur Orientale
    qui ramollit le corps sur les pierres à ventre
    allongez-vous, frottez, rapprochez vous du centre,

    Quand l'eau sale filoche le long de la gouttière
    et que vous vous sentez l'âme aventurière
    vous êtes ceinturée par les grosses mains de fer
    d'une Doudou pulpeuse qu'à rien d'une chimère.

    Massée en profondeur le derme coloré
    par des fleurs de henné qui vous mettent en beauté
    Briquée comme un sou neuf, l'esprit à la dérive
    vous êtes au nirvana très à l'aise, passive.

    Dans un épais brouillard où sont éteints vos phares,
    prenez garde en marchant à faire le grand écart,
    les sols sont luisants d'huile brune de rassoul
    qui vous ferait voler à en perdre la boule.

    Comme une petite fille à qui l'on donne un bain,
    vous voici purifiée après de doux shampoings,
    la peau fumant encore, sortie de ces buées
    noyée puis engloutie sous des jets d'eau glacée 

    Les senteurs vous transportent, des virées capiteuses..
    jusqu'une natte tressée pour une pause délicieuse.
    Les effluences d'ambre de safran et d'orange
    vous laissent imaginer des mystères étranges.

    Le folklore est sauvé, le bien-être total,
    de chandelles d'orient en bombance florale
    Votre thé à la menthe de paix va vous combler
    quant aux pâtisseries, elles vont vous faire planer.

    A l'heure du départ les torpeurs du dehors
    vous paraissent si tièdes que vous voudrez encore
    de ce luxe enjoleur qui se termine ici...
    à chercher vos lunettes pour trouver la sortie...

    Catherine Pallois - Marthe des Monts - Tous droits réservés.
     

    Le hammam

     

    Pin It

    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique