• Je fais souvent le rêve où petite, si petite... je me souvient... Maman montait sur la terrasse pour étendre le linge et ça me paraissait tellement haut que j'en avais le vertige sans me pencher, juste en imaginant la hauteur. J'entendais mon coeur battre.

    Le petit somme,

    Maman est là debout au chaud de la terrasse
    le visage si jeune mon Dieu que le temps passe !
    Moi petite et gamine je glisse à ses côtés
    joyeuse mais râlant - ici c'est trop l'été !
    Les rayons du soleil incendient en silence
    les murets de chaux blanche de ma petite enfance.
    Les linges virevoltent au-dessus de ma tête
    ils sentent bon le frais des savons en paillettes
    et mon coeur bat très fort. Je fais l'apprentissage
    du vide où je m'abîme en un curieux voyage.
    Le vertige me prend si je m'éloigne d'elle.
    Je fonds dans un état de veille intemporelle,
    soudain je réalise au frais des draps mouillés,
    humides rafraichissants gréements de mes voiliers
    que j'ai plongé vraiment au fond de la corbeille
    quand ses bras protecteurs me tirent du sommeil.

    Catherine à Maman


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique