• Petite réflexion philosophique sur la normalité en général

    Petite réflexion philosophique sur la normalité en général

    Ce sont certains moments, certaines choses de ma vie, comme ça, sans importance dont je parle dans mon blog. J'écris des phrases sur le bloc-note de mon téléphone et un jour je les relis et j'en fais une page ici.

    Après de bien jolis, tendres, émouvants et amusants partages d'idées avec mes petits enfants, j'ai retenu une conversation avec Ewan et les juju cet été. Ewan c'est davantage exprimé, je me dois de préciser qu'il à 9 ans donc deux ans de plus que son frère et sa soeur. Ewan lit beaucoup et cela s'entend au cours de nos conversations. Ses observations sont très pertinentes et toujours tellement inattendues.

    Nous avons ensemble parlé d'une fillette vue à la piscine plusieurs fois. Nous avons ensemble exprimé : sa différence visible et la réaction que nous avions eue. Il n'est pas question à ce moment de couleur de peau ni de religion ni de condition sociale autres que les nôtres mais d'un visage particulier et de gestes emprunts d'une certaine maladresse à laquelle nous ne sommes pas habitués. La toute jeune fille est trisomique. Les enfants n'ont pas l'habitude et l'ont d'abord regardée avec curiosité et insistance, c'est la raison pour laquelle j'ai voulu que nous en parlions ensemble tous les quatre et c'est venu un de ces soirs où nous étions (quelle chance nous avons n'est-ce-pas) fatigués de notre journée de vacances.

    J'ai déjà parlé dans mon blog de la trisomie et de notre regard habitué à une certaine normalité, nos esprits se figent et s'interrogent devant ce qui les interpelle au premier abord. La différence physique, ce que nos yeux perçoivent d'abord nous fait parler et c'est une bonne chose ça d'en parler. Donc nous avons échangé nos points de vue sur ce sujet et notre conversation est devenue assez philosophique car enfin, sommes-nous normaux et pourquoi eux " ces différents " les considérons-nous comme anormaux par rapport à nous ?

    Et bien, a dit Ewan, c'est le nombre qui fait la différence, on est plus nombreux qu'eux donc c'est le nombre supérieur qui l'emporte forcément sur le nombre inférieur !!! la quantité veut rien dire question intelligence chez l'être humain (popopo) et c'est pas pour ça qu'on jouerait pas avec elle hein ? juste parce qu'elle est autrement que nous,  elle est pas trop comme nous mais c'est rien ça. J'étais assez décontenancée il faut bien le dire quand Ewan a ajouté : mais ce qui est bien c'est que plus on est nombreux nous et mieux forcément on les voit eux et c'est ça qui compte c'est d'être nombreux à les voir parce qu'ils existent comme nous - Rien compris a dit Liam ! - olala a dit Louane.

    Bon.. voyant mes trois loupiotes s'éteindre fatiguées de réfléchir sur le sujet, je donnais l'ordre de lever le camp pour aller jouer.

    La soirée pouvait commencer.

    Citation trouvée chez mon amie Mousse ce matin lien de son blog ici :

    Quand on se pose les bonnes questions, et à condition d’être honnête avec soi-même, on obtient toujours les bonnes réponses.

    Il arrive qu’elles soient très surprenantes.

    Françoise Bourdin 


  • Commentaires

    4
    Samedi 16 Septembre à 13:45

    Bonjour chère Babou,

    Quel joli billet, très intéressant de parler avec les petits de la différence.

    Il y a une école près de chez moi de trisomiques, j'y suis habituée, ce sont de gentils enfants, ils t'embrassent dans la rue, ils sont très affectueux, bien souvent pas bêtes du tout.

    Ce sont des personnes comme nous, avec un chromosome en plus, c'est triste.

    J'ai appris à Thibaud dès son plus jeune âge la différence.

    Même pour la peau, à la maternelle, il n'avait jamais vu d'enfants noirs, il y avait une jolie petite fille, il a mordu cette petite fille, il avait 3 ans, j'ai été appelée à l'école, il ne voulait pas dire pourquoi il avait mordu cette petite, quand j'étais chez la directrice, il était en pleurs, il m'a dit, "je pensais qu’elle était en chocolat", nous avons ri de bon coeur, Thibaud ne savait plus quoi, je lui ai expliqué, quel bazar avec ça, je te rassure, il n'a plus jamais mordu cette petite, après dans sa classe il y avait un peu de tout, il s'est adapté.

    Mais, il faut beaucoup parler aux enfants, Thibaud avait 3 ans, on lui pardonne !

    Je suis contente que tu aimes cette citation.

    Bon week-end, mes amitiés et bisous.

      • Samedi 16 Septembre à 14:15

        C'est curieux comme les petits enfants ressentent les choses et c'est bien de les laisser s'exprimer mais ils sont très en avance en général je trouve par rapport même à nos enfants au même âge, ils sont habitués aux différences entre eux mais on entend dire souvent qu'ils ne se font pas de cadeaux. L'histoire de ton petit Thibaud est vraiment étonnante il s'en passe des choses dans ces petites têtes-là ! et puis parce qu'il avait 3 ans on pardonne, on explique bien sûr pour qu'il ne recommence jamais, mais on pardonne. Merci pour ton message Mousse. Je te souhaite un bon week-end de repos et pas d'orage glacé comme on en a maintenant ici !!! à lundi chez toi et merci encore.

    3
    ana
    Vendredi 15 Septembre à 19:15

     

    Bonjour Babou!

     

    On aime , on adore, on porfite beaucoup de la biodiversité: des différentes espèces d´arbres, des poissons, des oiseaux etc etc , mais… c´est le contraire quand il s´agit d´êtres humains, c´est tellement bizarre que on n´aime  pas les gens differents!   Nous sommes (malhereusement) des êtres incompréhensibles chère Babou. 

     

    C´est magnifique d´avoir des réflexions philosophiques avec les enfants, bravo!

     

     

      • Vendredi 15 Septembre à 19:57

        Merci Ana oui c'était une conversation curieuse comme on a la chance d'en avoir parfois avec les enfants. J'espère que tout va bien pour vous à Yucatan et que vous n'avez pas été touchée par le terrible tremblement de terre dans le sud de votre beau pays. Amitié Ana, à bientôt.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :