• MYSTERIOUS HOUSE suite visite Hauteville à Guernesey

    GUERNESEY Hauteville Housse la grande et surprenante maison de Victor Hugo. Lorsqu'il arrive à Saint Pierre Port le 31 octobre 1855, où une foule nombreuse l'accueille. Il y restera jusqu'au 15 août 1870"

    Notre maison est belle, la pleine mer est en bas... Nous voyons de nos fenêtres toutes les îles de la Manche et le port qui est à nos pieds. C'est une vue splendide. Le soir, au clair de lune, cela tient du rêve. Tout juste un jardin, à peine un prétexte à fleurs. Nous avons une serre, mais elle n'est pas de plein pied avec le jardin. Il faut aller la chercher....elle est bien entendue du reste, il y a des gradins pour les fleurs et beaucoup de raisin. Il y a un salon très grand avec trois fenêtres à la française et à balcon. C'est là que nous nous tenons."

    et c'est de là en visite un beau jour que je décidais d'écrire ma rencontre virtuelle avec le grand Victor Hugo. Sur le net une rencontre avec Victor Hugo ICI.

    Mysterious House

    Mysterious House

     La musique : Beethoven d'abord. Rares sont les musiciens qui ont obtenu l'autorisation de mettre en musique les textes et les vers de Victor Hugo. Ludwig van Beethoven et Franz Lizst furent parmi les rares à pouvoir le faire car Victor Hugo les admirait beaucoup.

    Lang Lang BEETHOVEN Piano Concerto No 5 Emperor

    Si en lisant Victor Hugo il m'est arrivé de pleurer je dois avouer que la même chose m'arrive devant Lang Lang exceptionnel et si talentueux à voir danser et planer en jouant, ah la musique est si belle jouée ainsi. Ce grand pianiste est absolument possédé par cette pièce écrite par Beethoven et cela m'émeut infiniment. C'est drôle... est-ce de l'hypersensibilité ou bien d'autres personnes ressentent-elles une aussi forte émotion autant que celle que je ressens ? je ne sais pas.. pas de réponse à ma question.

    Mysterious House,

    L'idée Monsieur était de vous connaître mieux
    en franchissant le seuil de votre beau repaire,
    mais prise d'émotion comme une aventurière
    en pleine exploration, je remerciai mon Dieu
    d'y voir un peu plus clair pour la bonne raison
    que sous le porche de Notre-Dame-De-Paris
    privée de clarté comme au coeur d'une nuit,
    je vous vis apparaître sans craindre le démon.

    Ah, je ne puis nier le bel envoûtement qui me paralysât
    quand frôlant votre main je sentis que vraiment
    ce trouble opérant à mon corps défendant
    me fît tourner les sangs, et quand de vous à moi
    j'entrai dans les ténèbres de votre vie intime,
    je fus bientôt saisie d'y trouver de la gloire.
    Ah, l'esprit torturé de vos boiseries noires
    si loin de ma lumière se dévoilait sublime !

    Fallut-il Monsieur que l'exil officiel
    vous fut aussi pénible ! car c'est vrai vos travaux
    aux tournures sinistres, exutoires de vos maux,
    attestent clairement combien il fut cruel.
    Je vous ai tant aimé Monsieur avec passion,
    vous connaissant si peu, vous plein d'humanité,
    vous que l'amour combla de si belles aimées,
    que le malheur frappa de chagrins si profonds,

    Vous, dont le bel esprit mis en contemplation,
    fît que le V au H jura in-utéro
    que d'un bannissement associé au tombeau
    germerait des égards dus à votre grand Nom.
    Je vis levant les yeux enfin le paradis !
    Une chambre de verre, tout si blanc, tout si clair,
    et la mer à vos pieds engloutissant la terre
    les larmes, vos propres larmes et les miennes aussi.

    Parvenue jusqu'à vous qui n’étiez qu'illusion,
    je vous sentis, c'est vrai, vivant et presque heureux.
    Debout main sur la planche vous le Maître en ce lieu,
    me conviiez gravement à une invitation
    vous suivre à quelques pas. En noble personnage,
    vous m’entraîniez alors au-dessus du jardin
    de Hauteville House et vous teniez ma main
    devant Saint Pierre Port bien plus beau qu'une image.
     
    Comble de l'inouï je crus votre "patrie"
    vouloir me gratifier de penser dur comme fer
    que votre loge hantée resterait un mystère
    Mais vous m'expliquerez Monsieur... j'en sortirai grandie.

    Catherine Pallois - Marthe des Monts le 29 septembre 2013 C'était hier tous droits réservés

    Suite à ma première visite à GUERNESEY, j'y suis retournée plusieurs fois et j'y retournerai en 2016. Pardon pour les fautes décidément je me suis vraiment empêtrée dans un temps dont j'ai très peu dans un temps que je ne maîtrise pas !

    Mysterious houseMYSTERIOUS HOUSE suite visite Hauteville à Guernesey  MYSTERIOUS HOUSE suite visite Hauteville à Guernesey Mysterious house

    Quelques explications : Victor Hugo achetait des coffres qu'il travaillait lui-même il récupérait de beaux objets (du moins qui lui plaisaient) et il leur redonnait une nouvelle vie. L'entrée de la maison est particulièrement lourde d'aspect rehaussée du "porche de Notre-Dame-De-Paris" tout est sombre, les murs sont noirs, une petite pièce servant de vaisselier, de l'entrée nous passons dans la salle de billard (billard immense) aux murs des portraits, les siens et ceux de sa famille de ses ancêtres. La pièce est claire grâce à l'atelier où se trouve le cabinet-noir (qui devait servir au développement de photos du fils et qui a été utilisé comme cachot pour la petite Jeanne que Victor Hugo adorait et gâtait de bonnes choses données en cachette) l'escalier est noir est très sombre et d'en bas on est très attiré par le dernier étage, son domaine, son paradis et le nôtre aussi puis qu'enfin la lumière s'y trouve !

    Mysterious House

    Au premier tout est contraste un côté sombre toujours tellement sombre et travaillé par Victor Hugo dont les initiales sont incrustées partout dans la maison, travaillé souverainement quand même il fut aidé bien sûr d'artisans (deux je crois). La "cuisine" plus claire grâce à une jolie faïence, deux immenses H superposés, des inscriptions telles : EXILIUM VITAE EST entre autres, une chaise trône où personne ne devait s'installer sur lequel les initiales et les noms des morts de la famille sont gravés. Ici les enfants pauvres de Guernesey étaient accueillis pour goûter ou déjeuner. Deux grands salons baroques. Au second étage, la galerie de chêne et son arbre de feu (presque terrifiant) imaginé par Victor Hugo avec un bureau où paraît-il il n'a jamais travaillé mais reçu, un lit dans cette pièce que j'ai trouvé épouvantable (lui aussi d'ailleurs puisqu'il n'a couché qu'une seule fois dans le lit tant il était effrayé par les voix qu'il avait entendues la nuit) la bibliothèque tout en haut sur tout le palier

    Mysterious House

    les livres n'étaient pas considérés comme des oeuvres d'art intouchables au contraire tout le monde y avait accès et avait le droit et peut-être j'imagine, le devoir,  de les prendre et de les lire. Troisième étage, le paradis.. enfin de la clarté enfin le ciel, "ouvert à tous les horizons" la pièce sous le toit sous une verrière tout en clarté, la faïence bleu clair et blanche, là à gauche et à droite les planches d'écriture en bois brun (comme tout le bois de la maison si noir peut-être à cause des noirceurs produites à l'époque par le bois des cheminées ou par goût simplement) amovibles sur lesquels il s'installait debout pour écrire et puis au fond, une sorte de cabine comme suspendue au-dessus de Guernesey où il devait je pense méditer, le lieu s'y prêtait sans aucun doute. L'endroit est clair et superbe. Puis un minuscule couloir de 3m environ la largeur d'une personne et la chambre sous le toit, minuscule avec son lit une place et des petits placards camouflés dans les murs. La vue est splendide sur la mer et tout le long un balcon aujourd'hui très étroit (il devait-être beaucoup plus large à son époque) il avait pour habitude de mettre un foulard à la fenêtre pour prévenir sa maîtresse Juliette Drouet de sa présence ici elle ne le quittait jamais et se situait à quelques maisons plus loin de sa chambre on voit les 3 fenêtres de Juliette.Je n'ai pas vu de piano.. il devait y en avoir un qui n'a pu être conservé. D'autres pièces de la maison sont fermées sans doute en rénovation je pense car il fallait bien coucher cette famille finalement "nombreuse" par période. Voilà grosso-modo ce que je peux décrire. Mais vraiment il faut l'avoir vue cette maison, pour y croire. La maison si j'ai bien compté les fenêtres devait compter au moins 18 pièces, bien sûr en visite nous en voyons 9 si je me souviens bien mais il fallait bien loger tout ce monde, la famille était grande et les petits enfants devaient avoir une pièce ou deux moins sombres je pense. Quant à Madame Hugo... là c'est le mystère, sa chambre pourtant devait bien exister mais nous visitons le domaine de Victor Hugo c'est ce qui importe après tout.

    " Figurez-vous qu'en ce moment je fais bâtir presque une maison ; n'ayant plus la patrie, je veux avoir le toit. " V.H.

     "Voilà que nous entrons dans notre maison ; c'est pour moi comme la constatation de l'exil. L'espérance de vivre près de vous est comme envolée. J'y mourrai dans cette maison. Hier en traversant le vestibule qui mène à la porte d'entrée, je me disais : Ma bière passera ici. Ce n'est pas que je croie à une très longue durée de ce qui est en France ; mais mon mari va prendre vie ici. Il va arranger sa maison suivant ses goûts, la meubler comme un logement de Paris, cela n'aura nullement la physionomie d'une maison de campagne, d'une de ces maisons qui sont des accidents, si modestes qu'elles sont sans prétention et laissent libres. Mon mari met dans celle-ci ses dorures, ses tentures, toute sa fantaisie et ses soins. Nous revoilà accrochés aux murs. Nous dépensons beaucoup d'argent et si le moment venait de rentrer, nous n'en aurions plus pour un autre ameublement. Avec cela mon mari aime l'île, il prend des bains de mer à profusion. Ils lui sont très favorables, il est rajeuni et superbe. Il n'est pas détaché de la France, mais il a de l'éloignement pour la génération actuelle. Il disait hier : Il paraît qu'on s'inquiète à Paris, mais seulement pour la cherté des loyers et du pain. On s'agite pour la bedaine, et pas un mot pour la liberté. Ah voyez vous, on n'est pas impunément éloigné cinq ans de son pays sans qu'un écartèlement se produise".

    Deux femmes qui ont compté pour Victor Hugo

    Adèle Hugo restera tout de même son épouse officielle jusqu’à sa mort en 1868. Malgré leurs différents, ils ne se seront jamais vraiment quittés et auront fait face ensemble à tous les adversités. Ils montreront ainsi aux yeux du monde le visage d’une famille unie malgré tout. Le poète sera terriblement attristé par sa mort. Juliette Drouet sa maîtresse attitrée.

    Mysterious House

    VICTOR HUGO écrit en 1831

    Le soleil s'est couché ce soir dans les nuées : (Soleils couchants)

        « Le soleil s'est couché ce soir dans les nuées ;
        Demain viendra l'orage, et le soir, et la nuit ;
        Puis l'aube, et ses clartés de vapeur obstruées ;
        Puis les nuits, puis les jours, pas du temps qui s'enfuit !

        Tous ces jours passeront ; ils passeront en foule
        Sur la face des mers, sur la face des monts,
        Sur les fleuves d'argent, sur les forets où roule
        Comme un hymne confus des morts que nous aimons.

        Et la face des eaux, et le front des montagnes.
        Ridés et non vieillis, et les bois toujours verts
        S'iront rajeunissant ; le fleuve des campagnes
        Prendra sans cesse aux monts le flot qu'il donne aux mers.

        Mais moi, sous chaque jour courbant plus bas ma tête,
        Je passe, et refroidi sous ce soleil joyeux,
        Je m'en irai bientôt, au milieu de la fête,
        Sans que rien manque au monde, immense et radieux ! »

    Ces années d'exil difficiles sont très fécondes. Il publiera notamment Les Châtiments (1853),
    œuvre en vers qui prend pour cible le Second Empire ; Les Contemplations, poésies (1856) ;
     La Légende des siècles (1859),
     ainsi que Les Misérables, roman (1862).
     Il rend hommage au peuple de Guernesey dans son roman Les Travailleurs de la mer (1866).

    Mysterious house

    Sa maison est une petite merveille, il y a des travaux de rénovation à faire encore et beaucoup mais déjà pour la tenir dans cet état c'est probablement beaucoup de travail. D'ailleurs j'ai trouvé qu'à Guernesey toutes les maisons étaient parfaitement entretenues, j'ai parcouru l'île et je n'ai pas vu une maison en ruine ou une façade abimée par le temps et les rues sont toutes très propres.

    Mysterious House

    Les deux planches amovibles à droit et à gauche où Victor Hugo écrivait debout

    Mysterious House

    Peu de photos mais il y a énormément de site où vous pourrez visiter Hauteville House sans même bouger de votre fauteuil mais c'est dommage, l'idéal serait de vous offrir ce voyage.

    Mysterious house

    Un site magnifique et des photos de l'intérieur de la maison ICI

    ***

    Une citation, une de mes favorites

    Chaque nation donne aux autres une part de son grand homme. L'union des peuples s'ébauche par la fraternité des génies.  Le progrès marchera de plus en plus dans cette voie qui est la voie de lumière. Et c'est ainsi que nous arriverons, pas à pas, et sans secousse, à la grande réalisation ; c'est ainsi que, fils de la dispersion, nous entrerons dans la concorde ; c'est ainsi que tous, par la seule force des choses, par la seule puissance des idées, nous aboutirons à la cordialité, à la paix, à l'harmonie. Victor Hugo.

    ***

    Une BD sur Hauteville House... vous découvrirez dans le site beaucoup de photos de l'intérieur de Hauteville House.. je retourne bientôt à Jersey et ce sera ma énième visite mais j'y fais toujours de si belles découvertes ! Je crois que je vais essayer de me trouver cette bd qui m'intéresse beaucoup. Lien du site dans le livre.

    1er octobre au...

    EXILIUM VITA EST

    La vie est un exil

    Tempête

    Si vous aimez cet article, partagez-le sur Facebook : partagez merci
    Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    25
    ana
    Jeudi 21 Janvier 2016 à 05:11

    Bonjour Babou!  Merci beaucoup de ces beaux textes et olala! de la musique!

    Savez-vous ? Je suis émue que vous vivez près de Guernesey. Après avoir lu le roman:

    "Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates" (de Annie Barrows et Mary Ann Shaffer) visiter  L’île de Guerneseyter un jour, c´est devenu mon rêve.

    Je ne sais pas si vous avez lu ce livre charmant, si non, je vous recommande vivement de le faire .  Vraiment!

    Saludos y gracias otra vez,   ana


    http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/20417

      • Mardi 26 Janvier 2016 à 08:22

        Chère Ana.. vous avez dit charmant ? cette correspondance l'est en effet et c'est un pur délice, sans exagération, je suis ravie de ma lecture et vais pouvoir inviter mes camarades à se procurer cet ouvrage étonnant. Je prépare ma page de blog mais les extraits pleins d'humour gentillet et so british sont si nombreux que je ne sais lesquels choisir. Bonne et belle journée chère Ana. Revenez quand vous pouvez et quand vous voulez, vous êtes ici la bienvenue. Amicalement.

      • ana
        Mardi 26 Janvier 2016 à 03:17

        Je suis ravie que vous avez déjà le livre. Je suis sûre de vous en profiterez beaucoup!

        Reparlez-me s´il vous-plaît. 

         

      • Jeudi 21 Janvier 2016 à 08:27

        Ah voilà une très bonne idée de lecture.. Si vous souhaitez visiter Guernesey allez-y en mai ou juin, l'île est de toute beauté. Je vais me procurer ce livre qui m'intéresse beaucoup et je vous en reparle chère Ana.. Gracias por su gentileza.

        Voici le livre.. que je viens de me procurer

        Lecture en cours - Merci Ana

    24
    Mercredi 23 Octobre 2013 à 09:33

    Bonjour chère Babou,

    Merci pour ta gentillesse.

    Je ne suis pas sur Facebook, bien que Skynet me le conseille.

    Je n'ai pas beaucoup de temps.

    Comme tu le sais, je n'aime pas trop.

    Encore une belle journée, mais ça se gâte cet après-midi.

    Je te souhaite une très bonne journée, une pluie  de bisous.

    23
    Mardi 22 Octobre 2013 à 11:22

    ah Mousse !!! merci mais tu sais que tu peux aussi laisser des commentaires dans les centaines de poésies qui sont ici mises en ligne ? je t'embrasse et te souhaite une belle journée !

    22
    Mardi 22 Octobre 2013 à 09:34

    Bonjour chère Babou,

    C'est toujours l'été à Bruxelles.

    C'est bien agréable pour une fin de mois d'octobre.

    Ne t'inquiète pas pour les images, je comprends.

    Chez moi on ne sait rien mettre, ce n'est pas plus mal.

    Passe une agréable journée, tendres bisous.

    21
    Lundi 21 Octobre 2013 à 10:34

    Si je ne retire pas tes magnifiques images ce que je viens de faire afin de libérer de l'espace Plus de place ici dans les commentaires je te prie donc, chère Mousse de m'en excuser. J'ai laissé ta première grande illustration si belle. Merci beaucoup. La place est libre pour d'autres commentaires qui ne vont d'aileurs peut-être jamais venir ! nous verrons bien. Bonne journée et gros bisous.

    20
    Lundi 21 Octobre 2013 à 10:24

    Bonjour chère Babou,

    C'est très difficile d'ouvrir les blogs chez Ekla depuis hier soir !

    Il faut du temps pour envoyer un commentaire !

    On reste zen.

    Je passe te souhaiter une merveilleuse semaine.

    Je t'envoie de doux bisous.

    19
    Samedi 19 Octobre 2013 à 11:07

    Bonjour chère Babou,

    Il fait délicieux.

    Je viens de finir les corvées, cet après-midi je vais profiter de ce beau temps.

    Je passe te souhaiter une merveilleux week-end, tendres bisous.

    18
    Vendredi 18 Octobre 2013 à 09:53

    Bonjour chère Babou,

    Le printemps s'installe chez nous aussi, au menu douceur.

    Hier nous avons eu un peu de tout, brouillard, pluie, vent et dans l'après-midi soleil et grande douceur !

    Ce sera pareil pour cette journée.

    Nous voilà déjà en fin de semaine, le temps passe vite.

    Bonne journée, je t'envoie toute ma tendresse et de gros bisous.

    Profite de faire de belles balades si tu peux.

    17
    Jeudi 17 Octobre 2013 à 09:16

    Bonjour chère Babou,

    Nous voilà déjà jeudi.

    Il fait doux, mais il y a du vent.

    Ce ne sera pas très folichon.

    Les semaines passent vite, nous serons déjà bientôt à Noël !

    On reste zen, on vit le moment présent.

    Je te souhaite une merveilleuse journée, je te dépose un panier de tendresse et une corbeille de bisous.

    16
    Mercredi 9 Octobre 2013 à 19:16

    WOW ! Merci infiniment pour tous ces fabuleux clichés et les indispensables explications structurelles de sa belle demeure.  

    Je me suis régalée en lisant le bel hommage que tu lui as rendu dans lequel j'ai pu décripter un grand respect et beaucoup d'affection à son égard.

    Cet écrivain, poète, philosophe est un homme exceptionnel, je laisse ma phrase au présent car Victor Hugo est encore vivant dans nos pensées et dans nos cœurs et le temps qui passe n'altérera jamais son souvenir.

    Merci encore à toi, Babou de lui avoir rendu un tel hommage.

    Mille Bisous   

     

    15
    Lundi 7 Octobre 2013 à 10:20

    Bonjour chère Babou,

    J'espère que tu as passé un bon dimanche.

    Moi, calmement, je vais dans la famille.

    Nous sommes allés au bois.

    L'après-midi il a fait beau.

    Voilà une nouvelle semaine qui commence.

    J'ai eu du travail en arrivant.

    Je ne t'oublie pas.

    Je te souhaite uen merveilleuse semaine.

    Je t'embrasse avec toute ma tendresse.

    14
    Samedi 5 Octobre 2013 à 08:42

    Bonjour chère Babou,

    J'ai vu, un grand merci, tu es déjà aussi dans mes liens.

    Il fait un peu tristounet ce matin.

    Il fait très doux.

    Pour moi, ce sont les corvées du samedi, comme toutes les femmes qui travaillent.

    C'est pour cela que je ne poste plus le dimanche, je manque de temps.

    Il y a la famille, elle passe quand même avant tout.

    Je te souhaite un très beau week-end, je t'envoie un arc-en-ciel de bonheur et de doux bisous.

    Repose-toi

    13
    Vendredi 4 Octobre 2013 à 09:02

    Merci Mousse pour tes jolis mots et ton image ravissante (et plus petite il n'y aura hélas bientôt plus de place sur cette page grâce à tes superbes images) bon week-end Mousse et gros bisous d'amitié.

    12
    Vendredi 4 Octobre 2013 à 08:54

    Bonjour chère Babou,

    Nous voilà déjà en fin de semaine.

    Le temps passe de plus en plus vite je trouve.

    Il pleuvait ce matin, le soleil montre son petit nez.

    Il fait très doux pour la saison.

    Tout change.

    Nous on reste immuable à l'amitié.

    Bonne fin de semaine, je t'envoie une pluie de bisous.

     

    11
    Jeudi 3 Octobre 2013 à 10:51

    Bonjour chère Babou,

    Me voilà bien tard, je passe c'est mon quart d'heure.

    Pas toujours facile de faire ce que l'on veut au bureau.

    J'ai de la chance, je ne suis pas sous haute surveillance.

    Ma belle je ne pense pas que je sois plus jeune que ta fille, j'ai déjà 50 ans, je sais je ne les fais pas, quand je vais chez le médecin ou autre, on me dit toujours, ce n'est pas possible, vous n'avez pas 50 ans, hélas je les ai.

    j'ai toujours fait très fifille, même jeune je faisais très enfantine, dans ma tête j'ai dix ans, (rires).

    La photo est récente, ce n'est pas une d'il y a 10 ans, je change souvent de photos, quand j'en fais de nouvelles je change.

     Je me sauve.

    Passe une belle journée, je t'embrasse tendrement.

     

     

    10
    Mercredi 2 Octobre 2013 à 19:56

    h alors biguy lis " les travailleurs de la mer " tu vas pleurer ma cocotte et pendant que tu y es, enchaîne sur l " art d'être grand-père " et je m'arrête-là parce que les contemplations je ne sais pas s'il y a plus beau...je ne pourrais pas le dire, merci merci de ton passage, de ton commentaire, je n'attends que ça tu penses et puis même si ma poésie n'a pas le haut niveau espéré il est tellement sorti du fond du coeur ! oui j'étais étonnée à Guernesey de la propreté et la netteté des façades.. nickel, sur une île tu penses fouettée par les vents les pluies et tout.. Merci encore biguy c'est chouette de ta part de m'avoir laissé ce message et bonne lecture.

    9
    Mercredi 2 Octobre 2013 à 19:29

    Hello !

    Me voici, decouvrant ton magnifique texte en hommage à Victor Hugo... Tu as marché dans les pas d'un grand Monsieur à Hauteville house. C'est un lieu particulier, tout en contraste... Comme son Createur.

    C'est vrai que les iles Anglo-Normandes (Jersey et Guernesey) sont des endroits très agréables à vivre. Si je me souviens bien, c'est une obligation de restaurer les maisons des Iles dans leur style d'origine. Il existe des aides spécifiques pour aider les Iliens dans ces rénovations.

    Je m'étais promis de lire Les travailleurs de la mer, mais je ne l'ai pas fait... pas encore.

    De gros bisous, A bientot

    8
    Mercredi 2 Octobre 2013 à 09:31

    Je reviens, je te remercie pour la photo.

    Mon mari aime cette photo, il va la faire agrandir pour mettre la mettre au bureau.

    C'est lui qui m'a dit de changer de photo, il n'aimait pas trop la précédente.

    Je suis contente qu'elle te plaise.

    7
    Mercredi 2 Octobre 2013 à 09:23

    Bonjour chère Babou,

    Cela te va bien.

    Cest doux comme toi.

    Je n'ai hélas pas Facebook, je n'aime pas trop les réseaux, je manque de temps aussi.

    Je sais que si je m'inscris, je vais délaisser mon blog, il me prend du temps chaque soir.

    Bref, je peux venir dans ton joli monde, c'est le principal.

    J'ai beaucoup aimé ton billet.

    Je suis contente que tu aimes Chopin.

    Je préfère la musique classique aux musiques de singes.

    Il y a parfois de bons chanteurs, ils se font rares.

    J'espère que tes copines passeront et te laisseront des commentaires.

    Tu peux aller chez Messire Merlin, elle fait de très jolies photos, de plus c'est un amour de femme.

    J'adore Messire Merlin, c'est un coquin, il est si beau.

    Je te souhaite une très belle journée.

    Je te dépose un panier de tendresse et une corbeille de gros bisous.

    6
    Mardi 1er Octobre 2013 à 09:56

    Merci Mousse tu sembles être la seule à apprécier ce texte, mes amies fidèles sur facebook ont aimé également je vais mettre leurs noms ici. Merci infiniment pour tes mots gentils et je suis très Chopin également sans aucun doute beaucoup plus que Beethoven, Chopin est partout dans mes pages je ne m'en lasse pas. Bonne et belle journée à très vite Mousse.

    sur facebook

     

    5
    Mardi 1er Octobre 2013 à 09:39
    4
    Mardi 1er Octobre 2013 à 09:37

    Bonjour chère Catherine,

    C'est un régal de te lire, tu écris bien, ne t'en fais pas pour les fautes.

    Ce n'est pas le plus important.

    Comme toi, j'aime Victor Hugo, j'imagine l'émotion que tu as ressenti en visitant cette maison qui est très belle.

    Je ne connais pas l'île Guernesey.

    Je sais qu'il y denombreux mégalites et des dolmens, j'adore.

    C'est à visiter.

    Merci pour cette douce musique, j'aime aussi Beethoven, comme j'aime le piano, je suis très Chopin.

    Bref, voilà que j'apprends que tu es bordélique ?

    Ce n'est pas plus mal, tu as l'esprit artiste.

    J'essaye d'être ordonnée, mon mari est pareil !

    Ne change pas, tu es bien comme tu es.

    Merci pour ce beau billet.

    Bonne journée, tendres bisous.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :