• Les naufragés de l'ïle de Tromelin

    LES NAUFRAGES DE L'ILE DE TROMELIN

     

    L'Histoire se situe au XVIIIe siècle. Un vaisseau de la Compagnie Française des Indes Orientales "l'Utile", affrété pour le ravitaillement vers l'île de France (l'île Maurice)  commandé par le capitaine Lafargue, un homme bûté, cupide et violent qui veut ignorer un bout de terre (qu'il lui serait fatal de rencontrer) un îlot qui aurait été "aperçu" deux fois seulement et signalé sans conviction aucune sur peu cartes de navigation de l'époque. A bord, une cargaison de sacs de riz... de farine... de moutons et volailles vivants... la route est sans  problème jusqu'à Madagascar où là, le capitaine achète 160 esclaves noirs : hommes,  femmes et enfants, pour s'enrichir en les vendant en île de France, il passe outre le fait que le gouverneur a interdit la traite des esclaves dans l'océan indien.

    La tempête fait rage et ce 31 juillet 1761, l'"Utile" s'échoue sur ce fameux banc de sable qui est en fait un minuscule îlot de corail perdu dans l'océan indien. Malgré des heures de lutte acharnée, 18 membres de l'équipage se noient et... 71 esclaves avec. Au petit matin, 125 marins et 89 Malgaches atteignent comme ils peuvent l'île de sable. Dès lors, les blancs se regroupent d'un côté de l'île et les noirs se réfugient loin d'eux, à l'autre extrémité

    l'île : Très basse sur l'eau, l'île s'étend sur mille sept cents mètres du Nord-Ouest au Sud-Est,
    et sept cents mètres dans sa plus grande largeur.
    La mer est visible de n'importe quel point de cette île, dont la superficie est légèrement supérieure à un kilomètre carré.

    Les trois premiers jours, l'eau récupérée de l'épave est rationnée pour les Européens. Les Malgaches n'y ont pas droit et cette injuste privation entraîne la mort de 29 d'entre eux.  e troisième jour, après avoir creusé à plus de 5m de profondeur, les marins découvrent enfin une eau saumâtre mais potable. Grâce à l'épave de l'Utile, les survivants vont unir leurs forces et construire un bateau, ils partageront l'eau. Lors de l'embarquement sur baptisé "Brame", les Européens abandonnent les Malgaches avec trois mois de vivres et une promesse : celle de revenir les chercher. Les 125 rescapés vont débarquer en île de France mais le gouverneur refuse de tenir cette promesse. Puis il y eu la guerre de sept ans en France et la faillite de la Compagnie Française des Indes Orientales... les esclaves de l'île deTromelin sont oubliés. 12 ans après le naufrage et l'abandon, en 1773, les survivants de l'île seront repérés par un navire. Les tentatives de sauvetage échouent, un seul marin cependant arrive jusqu'à l'île où il sera désormais prisonnier lui-aussi. Il construit un radeau dont les voiles sont faites de plumes d'oiseau et part avec les 3 derniers hommes et 3 femmes. Ils disparaîtront en mer. Le 29 novembre 1776 le vaisseau de Tromelin qui commande "La Dauphine" débarque et récupère les survivants. Ils sont au nombre de 8, 7 femmes et un bébé de 8 mois.
    Aussi précieux que l'eau est vitale, le feu, ces rescapés ont maintenus allumée durant 15 années, la flamme (grâce aux restes de bois récupérés  sur l'épave de  l'Utile (l'île étant dépouvue d'arbre) feu, indispensable à leur survie. Privés de tout pendant 15 ans ils arrivent en Ile de France le 29 novembre 1776 où ils seront affranchis.  Le bébé sera baptisé Jacques Moïse.

    L'histoire est vraie et terrifiante.
    L'écrivain, Irène Frain nous offre un roman magnifique qui nous laisse deviner la vie infernale de ces pauvres gens et qui nous fait réfléchir sur les droits de l'Homme.
    Pouvons-nous croire que de nos jours l'on se batte encore contre l'esclavage ?

    Le résumé n'engage que moi, j'ai trouvé ce livre excellent.

     Cet odieux marchandage... qui consistait en l'échange de marchandises contre des captifs africains pour en faire des esclaves dans les colonies,
    débute au XVe siècle avec les Portugais. Les Anglais puis les Français suivent.  Toutes les nations européennes ont pratiqué ce trafic, mais trois pays semblent se distinguer : l’Angleterre, le Portugal et la France.
    Jean-Paul II, en 1992, a condamné sans appel l’esclavage.
    En France, nous commémorons l'abolition de l'esclave le 23 Mai.

    Les naufragés de l'ïle de Tromelin

    Le 10 mai 2001, l’esclavage était reconnu « CRIME CONTRE L’HUMANITE » par l’Assemblée Nationale en France.

     

    Pin It

  • Commentaires

    2
    Mardi 25 Mars 2014 à 14:18

    Oui une belle aventure lue il y a un bon moment déjà. Merci de ton commentaire.

    1
    MichèleP.
    Mardi 25 Mars 2014 à 12:11

    Quel livre fascinant ! Une belle lecture en perspective.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :