• Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates..

    De Mary Ann Shaffer & Annie Barrows

    LE CERCLE LITTERAIRE DES AMATEURS D'EPLUCHURES DE PATATES

    Mary Ann Shaffer, de son nom complet Mary Ann Fiery Shaffer, née en 1934 à Martinsburg, en Virginie-Occidentale, aux États-Unis, et morte en février 2008, est une écrivaine américaine auteur d'un roman épistolaire Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates (titre original : The Guernsey Literary and Potato Peel Pie Society), qu'elle a achevé avec l'aide de sa nièce Annie Barrows quand sa santé est devenue défaillante. Source wikipédia.

    Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates..  Lecture en cours - Merci Ana

    Editions NIL - Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Aline Azoulay

    Livre conseillé par Ana qui habite au Mexique et qui est une habituée du blog et je l'en remercie infiniment.

    Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates..Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates..

    Résumé : 1946, alors que les Britanniques soignent les blessures de guerre, Juliet Ashton, écrivain en manque d'inspiration, entreprend une correspondance avec les membres attachants d'un cercle de Guernesey. De confidences en confidences, la page d'un nouveau roman vient de s'ouvrir pour la jeune femme, peut-être aussi celle d'une nouvelle vie...

    Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates..

    Juliet Ashton, qui est l'héroïne de cette histoire, habite Londres et au hasard d'une lettre adressée à l'écrivain qu'elle est, tombe petit à petit sous le charme de nombreux personnages fort sympathiques qui font partie d'un cercle littéraire fondé durant la seconde guerre mondiale sur l'Ile de Guernesey privée de librairies et rationnée, entr'autres premières nécessités, en livres. Elle se passionne pour l'histoire de chacun des protagonistes et pour cette île qu'au fil du temps elle va aimer et adopter. Elle est, c'est vrai, en panne d'inspiration mais bien vite elle trouvera "matière" a créer celui-ci. Ce roman fort intéressant est constitué de correspondances uniquement.. Le style - so british - de cet ouvrage me convient d'autant que certaines réflexions sont très drôles, il est très plaisant à lire. La correspondance est utile à bien connaître chaque protagoniste et Dieu sait s'ils sont nombreux. Des vies intéressantes et même passionnantes perturbées par cette guerre épouvantable. Parmi les acteurs.. Elisabeth tient une place particulièrement touchante.. elle est le sujet de nombreuses lettres.
    L'histoire de l'île de Guernesey passe forcément par l'occupation Allemande de la seconde guerre mondiale, l'occupation et tous les sentiments d'horreur qui en découlent. Les Iliens ont souffert de famine ce qui paraît incroyable mais qui est pourtant vrai. La guerre et ses désastres humains sont omniprésents dans cette histoire.

     Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates..

    Quelques extraits

    Page 16... De Juliet à Sophie le 12 janvier 1946
    .. Pourquoi suis-je si mélancolique ? Je devrais me réjouir de la perspective de lire Issy à un auditoire conquis. Tu sais que j'aime parler des livres, et que j'adore recevoir des compliments. Je devrais être enthousiaste. Mais la vérité est que je suis d'humeur morose - plus encore que pendant la guerre. Tout semble si effondré, Sophie : les routes, les bâtiments, les gens. Les gens, surtout..

    Page 21... De Juliet à Dawsey le 15 janvier 1946
    .. C'est ce que j'aime dans la lecture. Un détail minuscule attire votre attention et vous mène à un autre livre, dans lequel vous trouverez un petit passage qui vous pousse vers un troisième livre. Cela fonctionne de manière géométrique, à l'infini, et c'est du plaisir pur..

     Page 45... De Dawsey à Juliet le 31 janvier 1946

    ... Nous étions si assoiffés de nouvelles durant la guerre. Il nous était interdit de recevoir des lettres et des journaux d'Angleterre - ou d'ailleurs. En 1942, Les Allemands ont réquisitionné les postes de radio portatifs. Bien sûr, nous en avions caché quelques-uns que nous écoutions en secret, mais se faire prendre sur le fait, c'était risquer de se retrouver dans un camp. Pour ces raisons, nous avons du mal à comprendre ce que nous pouvons lire aujourd'hui...

    Page 72... Du révérend Simon Simpless à Amelia le 13 février 1946

    ... Les parents de Juliet sont morts quand elle avait douze ans et on l'a envoyée vivre chez son grand-oncle, le Dr Roderick Aston, à Londres. Sans être dénué de gentillesse, il était trop absorbé par ses études gréco-romaines pour avoir du temps à consacrer à la fillette. Il ne possédait, en outre, aucune imagination ; une grave lacune quand on doit éduquer un enfant...

    Page 99... De Eben Ramsey à Juliet le 28 février 1946

    ... J'habite Guernesey... Mes ancêtres étaient tailleurs de pierres tombales et dépeceurs - spécialisés dans l'agneau. Ce sont les choses que j'aime faire pour occuper mes soirées, mais je vis de la pêche. Mrs. Maugery dit que vous voudriez recevoir des lettres sur nos lectures pendant l'Occupation. Je comptais ne plus parler - ni me souvenir, si possible - de ces années, mais Amelia affirme que vous êtes une personne de confiance, et je la crois. Sans compter que vous avez eu la gentillesse d'envoyer un livre à mon ami Dawsey, qui n'est pour vous qu'un inconnu. J'ai donc décidé de vous écrire en espérant que cela vous aidera pour votre article...

    Page 168... D'Amelia à Juliet le 10 avril 1946

    ... J'ai vu des jeunes garçons de quinze ou seize ans si fatigués et si affamés qu'ils arrivaient à peine à mettre un pied devant l'autre. Les habitants de Guernesey les attendaient devant leurs portails pour leur offrir le peu de nourriture et de vêtements chauds qu'ils avaient réussi à mettre de côté. Les Allemands qui surveillaient les colonnes de travailleurs de l'OT les autorisaient parfois à rompre les rangs et à accepter nos dons. Il arrivait aussi qu'ils les en empêchent et les battent à coups de crosse de fusil jusqu'à ce qu'ils tombent à terre...

    Page 218... D'Amelia à Juliet le 13 mai 1946

    ... J'ai reçu votre télégramme hier. Quel plaisir d'apprendre que vous allez nous rendre visite ! J'ai suivi vos instructions et répandu la nouvelle immédiatement... Les membres du Cercle ont immédiatement offert de vous fournir tout ce dont vous pourriez avoir besoin...

    Page 249... De Juliet à Sidney le 22 mai 1946

    ... La navette s'est approchée du port poussivement et j'ai vu St. Peter Port s'élever de la mer, en une succession de terrasses dominées par une église posée au sommet, telle une décoration de sucre sur un gâteau. Mon coeur tambourinait dans ma poitrine. J'ai essayé de me persuader que c'était à cause de la splendeur de la scène, en vain. Toutes ces personnes que j'en étais venue à connaître, et même à aimer, étaient là...

    Page 257... De Juliet à Sidney le 27 mai 1946

    ... Passant d'un guide à l'autre, selon l'heure de la journée, j'ai déjà réussi à visiter les dix paroisses de l'île au cours des cinq derniers jours. Le paysage de Guernesey est d'une incroyable diversité - champs, bois, buissons, vallons, manoirs, dolmens, falaises accidentées, domaines de sorcières, granges Tudor et cottages en pierre de style normand...

    Je ne veux pas dévoiler la vie d'Elizabeth et son rôle dans l'histoire... je ne mettrai ici aucun écrit la concernant. Ce personnage est peut-être celui que j'ai préféré mais je laisse au lecteur le soin de se faire une idée.

    Page 306... De Juliet à Sidney le 9 juillet 1946

    ... Je le savais ! J'étais certaine que tu adorerais Guernesey. C'était si bon de t'avoir ici. Presque aussi bon que d'y être moi-même. Je suis contente que tu connaisses enfin tous mes amis, et vice versa. Et, surtout, que tu aies tant apprécié la compagnie de Kit...

    Je laisse également au lecteur le soin de découvrir qui est Kit

    Page 308... De Sidney à Juliet le 12 juillet 1946

    ... Réfléchis bien, prends tout ton temps et dis-moi si Elizabeth pourrait être le coeur de ton livre...

    Mes extraits choisis s'arrêteront là.. A vous de lire cette belle et émouvante histoire. Juliet est un personnage vraiment très attachant mais ils le sont tous au fond et pour conclure je vais me référer à ce qu'a pensé Anna Gavalda de ce livre " Absolument délicieux ! ".

     A lire, forcément !

    Un lien très intéressant et une excellente analyse du livre ICI

    et puis cela à voir et à écouter

     Devoir de mémoire : Le camp de Ravensbrück - on en parle hélas beaucoup mais il le faut bien dans ce livre. Beaucoup de déportés Guernesiais sont concernés.

    Vous qui vivez en toute quiétude
    Bien au chaud dans vos maisons,
    Vous qui trouvez le soir en rentrant
    La table mise et des visages amis,
    Considérez si c'est un homme
    Que celui qui peine dans la boue,
    Qui ne connaît pas de repos,
    Qui se bat pour un quignon de pain,
    Qui meurt pour un oui ou pour un non.
    Considérez si c'est une femme
    Que celle qui a perdu son nom et ses cheveux
    Et jusqu'à la force de se souvenir,
    Les yeux vides et le sein froid
    Comme une grenouille en hiver.
    N'oubliez pas que cela fut,
    Non, ne l'oubliez pas :
    Gravez ces mots dans votre cœur,
    Pensez-y chez vous, dans la rue,
    En vous couchant, en vous levant ;
    Répétez-les à vos enfants,
    Ou que votre maison s'écroule,
    Que la maladie vous accable,
    Que vos enfants se détournent de vous.
    de Primo Levi.

    Je souhaite à Ana qui habite au Mexique et qui visite très souvent le petit monde de Babou, la joie et le bonheur de visiter un jour cette île charmante et riche d'Histoire.

    La bande annonce du film

     Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates..Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates..

     

    Tempête

     

    Si vous aimez cet artile, partagez-le sur Facebook : partagez merci
    Pin It

  • Commentaires

    4
    ana
    Mardi 2 Février 2016 à 20:28

     

    Hola Babou!  Merci de faire le commentaire sur les critiques du livre.  Je l´ai lu  il y a quatre ans environ.

     

     Je crois que je vais le lire à nouveau car je voudrais lire les critiques et bien comprendre.  Il est vrai qu´il peut être controversial, mais, a mon avis, c´est un livre qui enchante.  J´aime d´être enchantée.  Votre blog fait le truc aussi.  A bientôt et merci pour le proverbe mexicaine. 

     

    Voillà un autre, espagnol:

     

    Le nationalisme on le soigne en lisant et le racisme on le soigne en voyageant”. (Miguel de Unamuno)

     

     

      • Mardi 2 Février 2016 à 21:03

        Merci Ana, quand vous aurez relu ce livre vous m'en reparlerez, 4 ans.. il se peut qu'il vous plaise moins ou qu'il vous plaise davantage. Merci pour le proverbe il est intéressant la lecture permet en effet de sortir de notre milieu "voir" autre chose et ne pas rester confiner chez soi quant au racisme on ne peut pas l'être à force de voyages, la rencontre avec les autres et la réussite de notre propre intégration en dépend. Merci Ana et  à bientôt, bonne journée pour moi la nuit commence.

    3
    ana
    Mardi 2 Février 2016 à 04:04

    Merci beaucoup chère Babou!!  

    J´ai tant profitée de votre billet.  Je suis ravie que vous avez aimée "Le circle litteraire".  Savez-vous?  Maintenant, j´en ai plus d´envie que jamais de visiter Guernesay.

    "Nous ne lisons pas pour oublier la vie, mais pour l’éclairer" 

    Merci encore

      • Mardi 2 Février 2016 à 08:51

        Et  oui c'est bien le but de nos lectures, nous faire rêver en nous faisant voyager .. il y a un proverbe Mexicain qui dit :" C'est en voyageant que le monde s'instruit". Reste à partir de chez soi et ça n'est pas toujours le plus simple, la lecture aide à ça.

        . J'ai vraiment beaucoup aimé ce livre bien qu'il soit très controversé, j'ai lu pas mal de critiques à son sujet, mais l'important c'est qu'on ait pu y trouver notre compte, nous. Bonne journée Ana et encore merci. A bientôt.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :