• La maison des hautes falaises de Karen Viggers

    La maison des hautes falaises de Karen Viggers

    La maison des hautes falaises de Karen Viggers

    La maison des hautes falaises de Karen Viggers édition Les escales puis paru en livre de poche à 8,30 euros. Ce roman est traduit de l'anglais (australie) par Aude Carlier.

    Résumé verso du livre

      Hanté par un passé douloureux, Lex Henderson part s'installer dans un petit village isolé, sur la côte australienne. Il tombe très vite sous le charme de cet endroit sauvage, où les journées sont rythmées par le sac et le ressac de l'océan. Au loin, il aperçoit parfois des baleines. Majestueuses, elles le fascinent. Peu de temps après son arrivée, il rencontre Callista, artiste passionnée, mais dont le cœur est brisé. Attirés l'un par l'autre, ils ont pourtant du mal à laisser libre cours à leurs sentiments. Parviendront-ils à oublier leurs passés respectifs et à faire de nouveau confiance à la vie ? Dans la lignée de La Mémoire des embruns, un roman tout en finesse, véritable ode à la nature et à son admirable pouvoir de guérison.

    Ce que j'ai pensé de ma lecture et des extraits

    J'ai planté le décor en pensant que les baleines, les falaises, les orages, l'environnement cités par son auteur passionné pourraient susciter l'intérêt de découvrir ce roman d'amour d'autant que la partie consacrée au sauvetage d'une baleine à bosse échouée sur une des grandes plages de cette côte prend une bonne partie du livre et le lecteur aux tripes.

    Grâce à ce roman le lecteur est invité à découvrir la superbe côte-est australienne. Wallace Point, modeste village d'anciens pêcheurs de baleines (la pêche à la baleine étant désormais interdite et le cétacé en voie de disparition, protégée, village planté sur le cap au-dessus des falaises où Lex, dans un piteux état psychologique vient de s'installer seul pour tenter de se reconstruire après une tragédie familiale. A Sydney d'où il vient, Il était marié à Jilly lorsque leur enfant Isabel victime de la mort subite du nourrisson à l'âge de 8 mois s'endormait pour ne plus jamais se réveiller laissant le couple dans l'incapacité de surmonter ce drame.

    Page 13 ... Il avait passé ses premières semaines à Wallace Point à traîner le long de la plage le jour et à chercher l'oubli dans l'alcool la nuit...

    La maison qui désormais lui appartient est meublée d'une importante bibliothèque axée presque principalement sur la chasse à la baleine, il apprendra plus tard que les Wallace étaient des pêcheurs de baleine aguerris. Il a pour seule voisine une personne âgée Mrs Brocklehurst qu'il invite un jour (suite aux conseils de Sue patronne de l'unique café du coin) en promenade de découverte sur la mer, guidés par Jimmy Wallace ils approchent les baleines. Mrs B a un paon apprivoisé qu'elle traite comme un petit chat. Il est visité de temps à autres par Sally une célibataire intéressée par un nouveau célibataire, elle a deux enfants adorables Evan et Sash qui lui rappelle les petites conversations pleine de tendresse qu'il aurait pu connaître avec sa petite fille.

    Page 107 ... Tandis qu'il se penchait dans la lumière pour voir à travers les fenêtres crasseuses, salies par l'iode et les orages du printemps, une longue nageoire noueuse jaillit au-dessus de la houle, à environ deux cents mètres du cap. Son coeur fit un bond dans sa poitrine. Là-bas, dans le grand bleu, la nageoire surgit de nouveau, noire et blanche, rehaussée d'argent. Elle se soulevait mollement au-dessus de l'eau puis claquait la surface en projetant des gerbes d'eau visibles même à cette distance. Lex n'en croyait pas ses yeux, il y avait une baleine, là, dehors...

    Page 175 ... L'espèce que nous avons le plus de chance de voir, c'est la baleine à bosse, expliquait Jimmy (fils Wallace devenu guide touristique). La plus courante sur la côte est. Pendant l'hiver, elles se reproduisent au nord du Queensland. Ensuite, pendant l'été, autant dire en ce moment, elles prennent la direction du sud, vers l'Antarctique. C’est ce qu'on appelle la migration alimentaire. Et c'est vraiment la meilleure période pour les observer parce qu'elles se déplacent lentement le long de la côte avec leurs petits...

    La mère de Lex vient lui rendre visite et tente de le faire revenir sur sa décision de se perdre dans cet endroit, elle tente également de le remettre en relation avec sa femme qui elle, veut divorcer pour ne pas avoir à revivre ce souvenir horrible de la mort de leur enfant. Lex veut se faire une nouvelle vie ici et " se fondre à la population locale assez taiseuse en général mais à contrario très bavarde, les ragots vont vite " et ça n'est simple pour personne alors avec des tonnes de malheur sur le dos tout semble impossible et pourtant.. au fil du temps qui passe il fera une rencontre parmi d'autres qui aboutira, elle, sur une relation amoureuse mais ô combien houleuse. Callista Artiste-Peintre vivant chichement à proximité de son frère Jordy qui est son frère (Lex apprendra a apprécier Jordy lors d'une fameuse partie de pêche sur les rochers), tous les deux s'adorent et s'entraident beaucoup. Ils ont vécu des événements dramatiques qui les fragilisent dans leur quotidien et cela par intermittence.
    Lex habite donc à Wallace Point (cette vieille maison d'où il aperçoit les baleines en pleine migration à cette époque de l'année, sa rencontre sur une planche lors d'une sortie seul en mer, est magnifique)

    Page 123 ... Il regarda autour de lui. Au début, il n'entendit rien à part le bruit assourdi de sa respiration dans le tuba et le clapotis de l'eau et, chaque fois que la planche lui cognait la tête, cela produisait un claquement mat. Vint alors un son, un gémissement creux, qui descendait dans les graves avant de remonter dans les aigus, puis de redescendre.... Le chant des baleines...

    Callista, elle, est installée dans un vallon du bush côtier envahit par les eucalyptus,

    Page 143 ... Après avoir roulé vingt minutes vers le sud, Lex sortit vers l'ouest et s'engagea sur un chemin de terre qui serpentait le long d'un ravin qui remontait rapidement pour suivre une colline poussiéreuse semée d'arbres au tronc terreux. Le portail de Castilla disparaissait à moitié sous les broussailles et son allée n'était guère plus qu'un sentier bosselé. Il suivit la crête, bordée d'eucalyptus dégingandés, avant de tourner brusquement pour descendre à flanc de colline, plongeant à travers des bosquets d'acacias et de manukas.

    ce sont des solitaires par la force des choses, ils ont une relation intime qui s’avérera bien difficile à gérer compte tenu de leurs expériences et déceptions réciproques, l'un comme l'autre vivent au jour le jour tentant désespérément d'oublier un passé trop lourd, ils se voient peu, se connaissent peu finalement et leurs confidences sont rares ce qui empoisonne leur relation. L'avenir de ce couple est ainsi difficile à imaginer, j'aurais préféré qu'ils n'aient pas de relation intime dès le début de leur histoire de sorte que l'Auteur laisse au lecteur la possibilité de deviner une suite à cet amour compliqué. 

    Page 27 ... (Lex) L'océan lui sembla d'abord assourdi et distant, mais le bruit du ressac s'amplifia lorsqu'il s'assit dans un creux sur le sable mouillé, et il eut l'impression que la nuit enflait tout autour de lui. Il ne s'était jamais senti si petit, si vulnérable, noyé dans un sentiment de perte, de chagrin et de désolation... 

    Page 71 ... Callista s'assit sur une souche d'arbre, dos au vent pour éviter la fumée, et contempla les braises. Un ménure caqueta et gloussa quelque part dans la montée semée de fougères arborescentes. A cause de l'altitude et du climat plus humide que celui du vallon côtier de Callista, Jordi vivait au milieu d'oiseaux qu'elle voyait rarement chez elle.

    Extrait page 44 ... En marche arrière, il quitta la pelouse et s'engagea sur le gravier, commença à remonter lentement le chemin semé de nids-de-poule, passa devant la véranda sombre du pavillon de sa voisine inconnue, devant une rangée de maisons de vacances identiques fermées comme des visages en prière, devant des vélos d'enfants éparpillés au sol, et gagna le sommet des collines verdoyantes qui se fondaient au lion à la forêt d'eucalyptus. Des kangourous cessèrent de brouter pour lever la tête et le regarder passer...

     Page 86 ... Au fil du temps, Lex avait découvert qu'il était tout aussi viscéralement opposé à la chasse à la baleine que ses compatriotes. L'idée d'avoir acheté sans le savoir la maison d'un vieux baleinier le mettait mal à l'aise et, chaque, jour il devait s'efforcer de l'accepter...

    Page 158 ... En partant de chez Callista... Cette femme avait creusé une brèche dans le barrage qu'il avait dressé autour de ses émotions, et il ne pouvait plus en contrôler le flux...

    Page 177 ... (dans le bateau en promenade) Il voyait les baleines, à présent, un groupe de trois ou quatre, en pleine migration. Il apercevait leurs dos noirs et luisants qui glissaient sous l'eau et la petite nageoire dorsale qui se levait juste avant qu'elles relèvent la queue et montrent leurs lobes...

    Page 184 ... Le chemin suivit un moment la rivière, traversant les pâturages verts et irrigués des exploitations laitières. Lex sentait l'odeur de l'herbe et celle musquée de la bouse fraîche et des vaches. Au-delà des fermes, il voyait les crevasses sèches des contreforts se tendre vers le haut, jusqu'aux crêtes dentelées des montagnes distantes drapées dans leur manteau d'eucalyptus violet...

    Page 377 ... Elle poursuivit le long de la plage mais Lex ne voulait plus la suivre. Il avait un mauvais pressentiment. Né de la détermination de Callista d'un côté, et de la présence possible d'une baleine échouée de l'autre. Ces deux éléments se percutèrent dans son cerveau. Malgré tout, il céda et la rattrapa à grandes enjambées, tête baissée contre le vent. La brume leur retomba dessus, épaisse et moite. L'espace d'un instant, ils ne virent plus qu'à quelques mètres seulement devant eux. Puis le vent balaya le brouillard et l'emmena vers les dunes. ... Et la chose ressemblait bien à une baleine...

    Page 406 ... C'est une baleine, lui rappela Lex. Sur l'échelle animale, elle se trouve tout au sommet. Ils mettront tout en oeuvre pour tenter de la sauver... Page 492 ... Mais j'ai appris deux ou trois choses... J'ai appris que la nature appartient à tout le monde. Et que les baleines appartiennent au royaume du sacré... Page 493 ... Et ce n'est pas tout. Il y a cette étrange idée que les baleines sont le symbole de tout ce qui est grandiose et beau sur Terre. Tout ce qui est sauvage et libre. Je ne sais pas d'où ça vient. Cela n'a rien de rationnel. C'est peut-être parce qu'elles sont gigantesques, parce qu'on ne les voit pratiquement jamais. Et, si par bonheur on les aperçoit, c'est toujours une rencontre incroyable...

    Je termine mes extraits qui seraient sans fin avec : Page 496 ... Dans la vie, on n'est pas obligés de terminer tout ce qu'on entreprend. Parfois, il est acceptable de passer à autre chose. En fait, c'est une nécessité.... et Page 498 ... Il faut bien se construire un visage public pour pouvoir se cacher derrière.

    C'est un bon livre, une belle histoire animée par les baleines qui sont omniprésentes.

    ****

    La Cour internationale de Justice a donné raison à l'Australie : le Japon est sommé d'arrêter sa chasse à la baleine dans l'océan Antarctique. Une décision historique qui pourrait assurer une certaine tranquilité à l'animal marin. Lamya Essemlali, présidente de l'association Sea Shepherd France, n'est pas rassurée pour autant. Pour elle, le combat continue... plus sur lien intégré.

    La maison des hautes falaises de Karen Viggers

    Un bon livre à lire

    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :