• La femme au petit renard

    "La femme au petit renard"

    de Violette LEDUC édité chez Gallimard (il y a des poches je pense et peut-être même des sites pour télécharger en toute légalité bien sûr cela est important, et lire sur liseuse) moi je préfère le papier.

    La femme au petit renard

    Alors d'accord, ça n'est pas une nouveauté mais par contre, l'histoire bien triste de cette petite dame est vraiment d'actualité dans le monde où nous vivons, où les sans domiciles fixes augmentent de jour en jour... On n'a encore jamais fait de recensement de personnes exclues du système ! mais bon nous aurions sans doute de grosses surprises et la France régresse et ça hélas nous avons cru pouvoir y faire quelque chose mais non, c'est tout l'inverse qui se produit.


    C'est donc l'histoire d'une petite dame qui va devoir mendier pour survivre et grâce à cela et peut-être grâce à sa grande faiblesse physique causée par le manque de tout, elle va quand même trouver la paix en elle-même (parce qu'il faut être en grande grande détresse je crois pour trouver encore du bonheur quelque part).

    Page 15.. Elle fond dans le paysage, c'est son désoeuvrement..

    Pas de haine, pas de violence, juste la faim qui la dévore et qui lui prend tripes. Elle s'est identifiée comme un individu extra--ordinaire qui se nourrit de la foule Parisienne, de la vie des autres qui lui passe devant sans la voir sans remarquer combien elle attend que ces autres justement fassent un peu attention à elle et pourtant elle ne vit que par les autres.
    Pour un billet de métro il lui faut cinquante cinq francs !!! quand on a rien !!! la solitude est terrifiante c'est un manque plus cruel encore que la faim, il lui faut combler ce manque en s'asseyant à côté de deux employés dans une râme de métro qui commentent leur surveillance de voyageurs qui montent et descendent, des êtres vivants quoi. "reprise d'extraits du livre".
    C'est une pauvre petite dame qui s'émerveille de choses tellement insignifiantes simplement parce que ces choses lui prouvent qu'elle est encore vivante et qu'elle est encore intégré "au groupe".

    Page 47 ... Le quart 'un morceau de sucre... Pourquoi n'est-elle pas un toutou ? Voici ma patte, voici ma langue, voici mes yeux, voici le langage de mes yeux, voici mon silence affolant. Non, il n'y a pas preneur.

    Un jour elle trouve une fourrure de petit renard dans une poubelle et il va devenir son trésor son seul trésor qu'elle voudra vendre en dernière extrémité, mais non elle sera encore ignorée... encore et toujours comme si elle n'avait jamais existée.

    Pages 89/90 elle parle à son renard qu'on a refusé d'acheter, elle le console... " Je te serre, on a froid après qu'on a été maltraité. Réchauffe-toi, on est plus rapprochés que des chandeliers sur une cheminée. Je ne peux pas te montrer au grand jour, ils recommenceraient à ne pas vouloir de toi. Bois, prends à travers le papier, à travers la manche de mon manteau, ce que j'ai en moi c'est pour toi. Suce mon sang au creux de mon coude où tu es déjà, où je te réchauffe. C'est comme tu veux, c'est comme tu voudras. Tu es fatigué puisque je suis fatigué. Asseyons-nous sur une marche de son escalier. Son nom composé. Le tiret, surtout, m'inspirait confiance, c'était une liaison. Comment s'appelle-t-il ? J'ai oublié. C'est vrai, j'ai oublié... ".

    A lire vraiment sincèrement, la misère de notre monde est difficile a accepter a supporter, mais de temps en temps il est bon de se rappeler que la misère est toujours un fléau.

     

    Tempête

    Si vous aimez cet artile, partagez-le sur Facebook : partagez merci
    Pin It

  • Commentaires

    1
    Lundi 2 Décembre 2013 à 17:18

    Commentaire facebook

    •  
    • Maia Alonso ton commentaire me fait venir les larmes... Il y a tant de misère et à tant de niveaux que cela fait comme un glaive qui me transperce et ce n'est pas une métaphore pour faire joli... Et justement en te lisant j’écoutais Händel dont ce magnifique extrait que je te propose (MUSIQUE MISE DANS CETTE PAGE) le partage il n'y a que ça de bien.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :