• La croisée des esprits

    Je prends toujours beaucoup de plaisir à imaginer des fées 

    La croisée des espritsLa croisée des espritsLa croisée des espritsLa croisée des espritsLa croisée des esprits

    Pour mes petites filles INES la plus grande et LOUANE encore toute petite

    Lancez la musique elle est jolie comme tout.

     

    Inès et Louane

     La croisée des Esprits.

    J’allais sur le chemin bourbeux et caillouteux
    passant le petit bourg calme et silencieux
    je voulais les revoir, ces fées abandonnées
    jadis étant petite au fond de mes pensées,

    elles me protégeraient des magiciennes sombres
    condamnées à rôder sinistres dans la pénombre.
    L’automne était bien là et le vent soufflait fort
    j’avais le nez glacé, regrettais mon effort.

    Après deux longues heures de marche difficile
    j’aperçus dans la haie de gracieuses sylphides
    la pluie avait cessée, j’étais très fatiguée
    quand je fus attirée par un éclat bleuté,

    juste au pied d’un grand chêne doyen du petit bois
    qui frôlait la croisée des esprits aux abois.
    Des frissons ravivèrent les contes étonnants
    exhumés tout à coup de mon subconscient.

    M’approchant je les vis, et je ne rêvais pas,
    valsant et voletant en tenue d’apparat,
    minuscules, fragiles, nimbées de mille flammes,
    entr'ouvrir la trouée vers l’abri de leur âme.

    Mais elles n’étaient pas seules mais bien accompagnées
    d’étranges petits hommes d’une grande agilité,
    ils veillaient au bien-être en ce curieux repaire
    brigué par les démons d’un tout autre univers.

    Je n’osais approcher mais ils m’y invitèrent.
    Réticente à les suivre et cambrée vers l’arrière
    je faisais quelque pas dans ce monde un peu flou
    craignant de voir surgir quelque goubelin fou.

    Un flûtiste charmant jouait une mélodie
    favorisant le charme des gestes alanguis
    et ces petites choses volaient aux alentours
    dans une voie lactée magnifique en plein jour.

    Des rires éclaboussaient juste devant mon nez.
    Une gerbe étoilée de grelots accordés
    jaillissait aux prémices d’une étrange impulsion
    de jouissance grande à oser l’abandon.

    Puis l’ambiance changea, s’assombrit un instant
    au passage d’une ombre précipitant l’élan
    des frêles créatures qui voulurent échapper
    au présage malsain d’une calamité.

    Tétanisée moi-même, tremblante, toute craintive,      
    je sentis que mon corps partait à la dérive.
    Une grande bousculade se produisit alors,
    me fit craindre le pire et je n’avais pas tort.

    Quand une femme laide me fit hurler d’effroi
    les bras chargés de haine, la bouche de crachats
    une folle diabolique qui beuglait son poison
    et faisait disparaître mes petits compagnons.

    C’est dans le même instant que le ciel se noircit.
    D’une lueur divine, surgit un crucifix,
    le monstre pris ses pieds aux racines du mal
    s’écroula dévoré par la fange bestiale.      

    Tout avait voltigé, le démon n’était plus.
    Eloignée par la force, alors seulement je fus
    étonnée du silence. Le souffle de la brise
    me fit réaliser l’impudente sottise

    à percer les secrets des mythes de l’enfance.
    Je prenais le chemin du retour en confiance,
    relevais l’encolure de mon gros paletot
    rentrais à la maison sans traîner, illico.

    Je protégeais ma gorge de mon chaud cache-nez
    et les mains dans mes poches je crus encore rêver
    constatant qu’une fée qui se pensait discrète
    me chatouillait les doigts du fond de sa cachette.

    Catherine Pallois - Marthe des Monts  C'était hier Tous Droits Réservés

     

    La croisée des espritsLa croisée des espritsLa croisée des espritsLa croisée des espritsLa croisée des esprits

    Merci infiniment BIGUY CASSYNE CREATION j'ai perdu un temps à essayer d'entrer ta musique.

     

    Tempête

     

    Si vous aimez cet artile, partagez-le sur Facebook : partagez merci
    Pin It

  • Commentaires

    1
    Vendredi 13 Juin 2014 à 13:47

    ANCIENS COMMENTAIRES

    1. rahmouna (site web) 06/05/2012

    encore bravo babou ;vous êtes extra ;je voulais vous demandez de laisser un petit mot en mémoire de mon défunt père qui est né le 6 mai il s'appelle HASNI

    2. biguy (site web) 06/02/2012

    Coucou,
    Moi j'ai viré la méchante qui fait peur et trembler pour ne garder que les lueurs bleutés et les étoiles qui crépitent dans le yeux bercées par la mélodie du flutiste... mon coté éternelle reveuse. gros bisous

    3. Jean-Marc 08/11/2011

    Quelle chance d'avoir croisé un jour ces êtres merveilleux !

    4. LNE 16/10/2011

    Encore un magnifique poème gorgé de magie. Bravo Catherine !

     

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :