• L'ombre du temps passé

    On me dit que je vis trop dans le passé et que je fais trop souvent appel à mes souvenirs pour écrire, pourtant je suis bien intégrée à mon époque même si je la trouve plutôt triste, en quelque sorte je l'enjolive grâce à mes souvenirs. L'ombre du temps passé est une ombre qui rôde autour de nous, ne la chassons pas. Nous avons une chance que beaucoup d'autres n'ont pas forcément. Nous sommes imprégnés d'un passé au moins familial que nous devons transmettre à nos enfants.

    Voici une photo familiale, côté Maman, elle a été prise en 1927. On y retrouve des gens que j'ai connus et que j'ai adorés, le mot n'est pas trop fort.  Henry Lenain (dit le petit rigolo) Tata Pépé ma chère Tata (Maria Thouvenin - Lenain) maman et papa du petit Jacky d'en bas - Rachelle (Thouvenin Bonicho) ma chère grand-mère - Andrée Bonicho Nicolas ma maman fillette dans les bras de sa maman à droite sur la photo - Joseph Bonicho mon grand-père - Berthe (Bonicho Morazin) - Fernand Morazin parents de Mimone (pas présente sur la photo)- Hélène (Thouvenin Morazin) et Victor Morazin maman et papa de Raymonde fillette du bas sur la photo - Henriette la mariée (Thouvenin Morazin) et René Morazin le marié, maman et papa de Ginette (pas sur la photo) -

    Trois soeurs Thouvenin ont épousé trois frères Morazin. De cette grande et belle famille, sont toujours en vie : Andrée (maman grâce à Dieu et à elle-même car elle soigne chaque année avec grand soin) ses cousines et son cousin (Simone (dit Mimone)- Raymonde - Ginette et Jacky). Les quatre cousines, toutes veuves, sont demeurées inséparables. Elles s'aiment, elles s'adorent elles restent les seuls témoins de leur vie d'antan. Ma maman et ces arrières petites cousines, cet arrière petit cousin, je les aime très fort et je leur rends hommage sur cette page avec quelques mots assez maladroits mais qui viennent du fond du coeur. Les souvenirs que j'ai gardé de certains sont de vrais souvenirs d'amour pur. L'ombre du temps passé ne m'a jamais quittée je préfère la mettre en lumière et user de mes souvenirs jusqu'à en abuser.

    On a tous gardé un petit quelque chose d'un de nos ancêtres.

    L'ombre du temps passé

    L'ombre du temps passé,

    L'ombre du temps passé vous revient quelquefois
    ne la repoussez-pas plutôt chérissez-la.
    Près d'une haie magique couverte d'ajoncs nains,
    elle se penche en avant et frôle de la main
    les fleurs ravissantes. Tous ces petits soleils
    éblouissants, joyeux, soudainement s'éveillent
    devant l'apparition de la tendre déesse
    qui n'a d'autre dessein que de vous voir en liesse.
    Ecoutez-la vous dire - Souvenez-vous d'avant
    Au diable les critiques, c'est un enchantement
    d'y repenser parfois dans les moments de doute,
    pourra vous inspirer dans le choix de vos routes.
    Et n'oubliez jamais, choyez votre mémoire
    évoquez vos aïeuls car ils sont votre Histoire.
    Rappelez-vous parfois ceux qui vous ont fait rire
    là, à les évoquer je vois votre sourire.
    Ne soyez pas obtus à vouloir négliger
    ce qui fut chaque instant de votre vie passée.

    L'ombre du temps passé aime rôder souvent
    ne la repoussez pas lorsqu'elle veut vous confier
    qu'il faut se rappeler souvent d'avoir été.

    Catherine Pallois - Marthe des Monts C'était hier tous droits réservés le 31/01/16

    André Gagnon est né le 2 août 1936 à Saint-Pacôme, Québec, au Canada. C'est un pianiste, compositeur, chef d'orchestre et arrangeur québécois. J'ai toujours beaucoup utilisé les jolis morceaux d'André Gagnon pour accompagner mes poèmes, ils m'inspirent beaucoup.

    L'ombre du temps passé

    Si vous aimez cet article, partagez-le sur Facebook : partagez merci
    Pin It

  • Commentaires

    2
    Jeudi 11 Février 2016 à 08:27

    Avec plaisir chère Ana, je regarde dans le rétroviseur et même assez souvent. Beaucoup disent que la mémoire est sélective, alors on prend de la joie à se rappeler les choses ou les gens gais et on ressent un peu de tristesse parfois en ce remémorant les épisodes plus sombres qui nous sont arrivés. L'important, et on le lit partout dans les citations des uns et des autres, c'est de bien vivre notre présent en harmonie avec notre passé. Merci  d'avoir aimé Ana et merci également pour ces mots de Garcia Marquez, ces mots tellement vrais.. Sélective ? oui notre mémoire est bien sélective. A bientôt.

    1
    ana
    Mercredi 10 Février 2016 à 22:45

     

    S'en souvenir, c´ est vivre encore.  Le temps embellit nos souvenirs. « La vie n'est pas celle qu'on a vécue, mais celle dont on se souvient » a écrit García Marquez et c´est vrai !

     

    Merci beaucoup Babou, c´est très beau votre billet et votre poème.  La musique de André Gagnon, elle nous invite à passer des bon moments avec nos souvenirs.  Merci encore.

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :