• L'Odyssée de Grain de Bled...

    L'Odyssée de Grain de Bled en terre d'Ifriqiya

    L'Odyssée de Grain de Bled... 

    LE BLOG DE MAIA ALONSO

    cliquez ICI

    L'Odyssée de Grain de Bled en terre d'Ifriqiya de Maïa ALONSO éditeur l'Harmattan

    Je ne connais pas de plus extraordinaire aventure que celle de ce grain de sable, infime fragment d'une terre profondément authentique torturée et fabuleuse dont les périodes historiques ou légendaires de son Histoire nous sont contées au fil des pages de ce livre étonnant parfois difficile, animé toujours d'expressions poétiques absolument divines.

     Grain de bled est l'âme d'une terre, celle d'Ifriqiya, il est le temps qui passe inéxorablement sans que jamais il ne soit absorbé par les civilisations qui s'installent au fil des siècles. Libre, bien au-delà des influences de l'Homme, le Grain de bled est l'Esprit intemporel de cette terre d'Afrique que l'être humain a voulu modeler.

    Je cite un extrait, page 93 chant XXIII Les trois marabouts ... " - La perfection n'est pas humaine, j'ai fait le tour du temps, j'ai traversé de part en part le Pays du soleil couchant. Le vent m'a enlevé, rudoyé, transfusé, écartelé, roulé, brassé. Je me suis laissé moudre, j'ai accepté de passer de la roche farouche au gravier doré pour devenir ce que je suis, simple grain de sable sans attache originelle... "

    Il s'agit bien d'une odyssée fantastique dite avec passion, avec chaleur, avec amour, avec tristesse aussi. Quelle fastueuse évocation tout en beauté de cette terre magique dont j'ai moi-même des souvenirs inoubliables, quel symbole étonnant que ce petit bout de matière inorganique qui par une communion magistrale de la pensée et de l'écriture, vient nous toucher le coeur... " La filiation ne vient pas des hommes, mais bien de la terre qui vous voit naître " page 98.

    J'ai été très sensible à la beauté du Chant XXII - Dans l'ombre chaude du désert. Les pages 89/90/91. Je vous laisse le soin de vous procurer l'ouvrage pour me dire ce que vous en pensé aussi.

    Les dernières lignes du livre m'ont particulièrement touchées ... " c'est pour cela qu'il veut qu'elle emporte ce caillou... " touchée je le fus oui car en Algérie tous les cailloux du désert, des plages, des forêts, du bord des oued, qui font et feront toujours partie de ce paysage que j'ai tant aimé n'ont plus aucun secret pour moi et cela grâce à mon père... mais ça c'est autre histoire.

    La destinée naturelle de toutes les civilisations est de grandir et de dégénérer, et de s'évanouir en poussière.
    Alexis Carrel

    Je voudrais juste dire à Maïa Alonso que je regrette de ne pas trouver les mots pour lui exprimer combien j'ai le coeur gonflé d'amour et de tendresse pour son livre et combien je voudrais croire que le rendez-vous dont elle parle... soit vraiment pour aujourd'hui.

    Merci infiniment Evelyne d'avoir partagé ... Maïa à la radio

     

    Tempête

    Si vous aimez cet artile, partagez-le sur Facebook : partagez merci
    Pin It

  • Commentaires

    6
    Autour du Baobab Profil de Autour du Baobab
    Vendredi 29 Mars 2013 à 16:48

    C'est une belle émotion que de lire les commentares sous ton si bel article sur Grain de Bled, Babou ! Les mots posés ici par Patrice Guirao , lui qui est un véritable artiste de l'écriture, m'honorent et je les prends comme perles précieuses... c'est un apprentissage tout neuf que celiu de dépasser l'humilité sans tomber dans l'excès inverse. Je ressens juste de la gratitude envers cette reconnaissance d'âme à âme. La cime reste encore éloignée tout là-haut mais je vais cntinuer d'essayer d'avancer...  

    5
    Guirao Patrice
    Jeudi 28 Mars 2013 à 23:36

    Cet Ulysse intemporel qui n'a comme but que   de retrouver sa terre, fut elle une île où un grain de bled, cet Ulysse qui vit dans le cœur de chaque exilé ne peut rester insensible à la tendresse de ce livre. Il y a chez Maia des chants Homériens plus puissants que ceux des sirènes qui portent irresistiblement loin le lecteur dans des contrées intérieures ciment d'une humanité qui chreche son chemin sans savoir qu'il est sous ses pieds. Maia a la force de ces alchimistes qui ont renoncé à l'or pour nous donner son âme. Elle est de ces auteurs auxquels le temps réserve une place particulière et dans les cœurs et dans la grande bibliothèque de la tendresse humaine. 

    4
    Michèle Perret
    Samedi 23 Mars 2013 à 09:49

    Nous sommes tous des Grains de Bled, Babou.

    3
    Lundi 18 Mars 2013 à 13:31

    Merci à Catherine Babou d'avoir su exprimer si poétiquement "lOdyssée du grain de bled" de Maia Alonso. Le texte est en effet une allégorie à la terre d'Afrique, mais plus encore à l'origine à laquelle elle ramène. On dit souvent que l'Afrique est le berceau de l'humanité, à lire Maia Alonso et à suivre au travers des siècles et de l'Histoire de la terre et des hommes les aventures épiques de ce Grain de Bled, on en est convaincu...

    2
    Lundi 18 Mars 2013 à 10:02

    Très touchée, Babou, vraiment. Grain de Bled en est tout confus et te remercie du regard que tu as su poser sur lui. Il est un morceau de chacun des enfants de cette terre d'Ifriqiya !

    1
    poirier j.c.
    Lundi 11 Mars 2013 à 16:32

    Babou ,merci d'avoir eu l'envie de nous donner envie......

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :