• L'immortel partage

    Une poésie qui m'a paru bien difficile tant je voulais exprimer au mieux mes sensations face à cette sculpture magnifique d'Auguste Rodin. J'ai travaillé des semaines sur Camille Claudel je n'arrivais pas à terminer et puis un jour j'ai mis en ligne.

     François-Auguste-René Rodin est né à Paris le 12 novembre 1840 il est mort à Meudon le 17 novembre 1917 c'est l'un des plus importants sculpteurs français de la seconde moitié du XIXe siècle. En 1883, Rodin fait la connaissance de celle qui deviendra sa brillante jeune élève puis sa muse, Camille Claudel

    " Je lui ai montré où trouver de l'or, mais l'or qu'elle trouve est bien à elle" Citation de A.Rodin

    Sakountala Marie-Claude Piétragalla, merci Evelyne de m'avoir fait connaître ce ballet extraordinaire

    La grande Piétra pour nous devient Camille écrasée par l'autorité de sa mère
     

    Camille Claudel

    « Faire avec ses mains ce que l’on voit, voilà la loi souveraine. »
    Auguste Rodin, Écrits et entretiens.

    L'immortel partage,

    D'où vient qu'on s'émerveille devant une oeuvre d'art
    imaginée, conçue dévoilée aux regards
    sous des formes généreuses en leur temps façonnées
    imprégnées de mystère confus à déflorer.

    J'ai souvenir qu'un jour impressionnant à souhait
    mêlée à une foule de curieux en congrès
    je découvrais un homme de grande renommée
    et son ouvrage beau exposé au musée.

    Sur un socle où se pâment un homme, une femme,
    un spectacle d'amour dont on nous dit la trame.
    Des corps entrelacés sculptés dans la passion
    traduisent l'exaltation de prémices frissons.

    Saisis de réalisme, certains embarrassés
    croyant rester de marbre, s'extasient bouleversés.
    Intensément soumise, audacieuse soudain,
    la femme s'abandonne au puissant qui l'étreint.

    Tandis qu'on imagine leurs lèvres enflammées,
    réelles dans la matière à jamais statufiées,
    j'observe sidérée que l'ouvrage immuable
    prend vie et en silence, exhulte remarquable.

    Interpellant alors quelque attention septique,
    il va se révéler en baiser authentique.
    Devant nos yeux troublés l'immobile nous grise,
    le message est passé en abstrait qui se brise.

    Sous l'emprise du Maître l'élève là, succombe
    envahie d'une folie d'aimer jusqu'à la tombe.
    Louant un septième art légué intemporel,
    nos esprits fascinés gagnent le septième ciel.

    L'immortel partage s'offre à nous éternel,
    évoquant un instant merveilleux et charnel.
    Puis laissant derrière moi ce couple à son destin
    je m'éloigne à regret de Camille et Rodin.

    Catherine Pallois - Marthe des Monts C'était hier Tous Droits Réservés

       LE BAISER de CAMILLE CLAUDEL

     

    Tempête

    Si vous aimez cet artile, partagez-le sur Facebook : partagez merci
    Pin It

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 12 Mars 2014 à 17:59

    1. Jean-Marc 23/12/2011

    C'est remarquablement joli cette façon de décrire ces deux personnages que sont Camille Claudel et Auguste Rodin.
    Simplement merveilleux !

     

    2. LNE 19/12/2011

    Wow ! Même avec des statues figées à jamais dans le temps, tu parviens à faire jaillir d'elles d'intenses émotions. Ma préférée, le baiser passionné

     

    3. Evelyne 16/12/2011

    Vous décrivez Catherine à merveille l ' émotion ressentie devant la beauté d ' une oeuvre d ' art . Merci de nous faire partager vos poésies et votre talent .
    Votre décor de Noël est magnifique .
    Je vous embrasse .
    Evelyne

     

    4. Françoise et Albert Gauthier 14/12/2011

    Bravo Catherine ! magnifique ce que tu as écrit !
    Ton nouveau décor est féerique. Gros bisous
    Françoise et Albert

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :