• Jules Amédée Barbey d'Aurevilly

    Jules Amédée BARBEY D'AUREVILLY

    Le scandaleux

    Les diaboliques - six nouvelles de Barbey d'Aurevilly

    Auteur Michel PINEL " inédits & introuvables " Editions & Rééditions du Patrimoine Normand.

    Ce livre est remarquable.

    Un extrait du livre de Michel Pinel : ... Jules Barbey d'Aurevilly est maintenant reconnu comme l'un des plus estimables auteurs du XIXe siècle et un créateur hors pair. Certes, le personnage, souvent, dérange, agace, irrite. L'homme, de chair et de sang, engoncé dans son orgueil et la sûreté de son talent déteste le commun et hait le vulgaire. Aristocrate provocateur, il n'a que faire des louanges, des hochets, des admirations complaisantes. Il aime la contradiction virile, la force de la conviction, la passion en toutes choses qui s'enfle jusqu'à la démesure et l'insolence...

    Jules Barbey d'Aurevilly est né à Saint-Sauveur-le-Vicomte le 2 novembre 1808, dans une famille nostalgique de l'Ancien Régime. Son éducation est marquée par le jansénisme et l'influence de son oncle, un médecin voltairien, qui lui donne accès à sa bibliothèque... un lien de site qui détaille sa vie ICI ce site est très intéressant mais ils sont nombreux à l'être.

    Saint-Sauveur-le-Vicomte est une petite bourgade. La maison familiale tient lieu de musée. ICI les dates d'ouverture. L'auberge-café " Le rideau cramoisi " existe toujours et une halte s'y impose aux visiteurs intéressés par la vie de ce grand Auteur.

    Les diaboliques - six nouvelles de Barbey d'Aurevilly

    La maison familiale aménagée en musée

    Les diaboliques - six nouvelles de Barbey d'Aurevilly

    Le magnifique bronze fait par Rodin se situe à gauche de l'entrée principale du château de St Sauveur qui depuis quelques années a repris une fière allure. Site de la commune de Saint-Sauveur-Le-Vicomte ICI et dans le bronze.

    Les diaboliques - six nouvelles de Barbey d'Aurevilly

    Mort ( Barbey est né le jour des morts au cours d'une partie de whist que disputait sa mère ) à Paris, il sera inhumé à Montparnasse mais quelques années plus tard on ramène la dépouille  du grand homme à Saint-Sauveur-le-Vicomte (selon ses instructions), dans un minuscule cimetière et près de la tombe de son frère éclésiastique.  Jules Barbey d'Aurevilly s'était éloigné de la religion, il va s'en rapprocher grâce à Louise Read instituée sa légataire universelle dès avril 1891. 

    Ce grand écrivain nous a laissé une œuvre importante, caractérisée par plusieurs éléments : la dimension régionaliste normande, l'empreinte du catholicisme, et l'influence d'une tradition à la fois critique et romantique. Lire du Barbey, c'est d'abord lire un bon écrivain français que je dirais " classique ". Son vocabulaire est riche. Ses phrases sont très longues mais j'en ai eu l'explication (car il y en a une) par un ami de rando, prof à la retraite qui nous avait concocté il y a quelques années une rando Barbey très réussie et passionnante, Bernard m'expliquait que nos grands auteurs passaient d'abord par l'édition de leurs oeuvres dans les journaux sous forme de feuilletons avant d'être pris en charge par un éditeur qui après certitude de vendre, imprimait les oeuvres. Dans ces journaux, les auteurs étaient payés à la ligne, donc ils avaient grand intérêt à faire de très longues phrases. J'aime particulièrement le style de Barbey. Un autre lien ICI

    Pour moi une seule ombre au tableau, ce grand personnage n'affectionnait pas particulièrement Victor Hugo dont il a critiqué vertement " les Contemplations ".. mais c'était réciproque semble-t-il. Barbey était un critique acerbe, à la réputation sulfureuse, un polémiste vindicatif c'est aussi ce qui a fait de lui un grand homme du XIXe siècle.

    Les diaboliques - six nouvelles de Barbey d'Aurevilly  Jules Amédée Barbey d'Aurevilly

    Les oeuvres de Jules Amédée Barbey d'Aurevilly son effectivement nombreuses et je me suis dirigée vers Wikipédia afin de ne pas en manquer. Je n'ai pas tout chez moi !

    Romans

    Une vieille maîtresse en 1851
    L'Ensorcelée en 1852
    Le Chevalier Des Touches en 1864
    Un prêtre marié en 1865
    Une histoire sans nom en 1882
    Ce qui ne meurt pas en 1884

    Nouvelles

    Le Cachet d'onyx en 1831
    Léa en 1832
    L'Amour impossible en 1841
    La Bague d'Annibal en 1842
    Une page d'histoire en 1882

    Recueil de nouvelles

    Les Diaboliques, 1874 en 6 nouvelles.

    Poésies

    Ode aux héros des Thermopyles en 1825
    Poussières en 1854
    Amaïdée en 1889
    Rythmes oubliés en 1897

    Essais et textes critiques

    Du Dandysme et de Georges Brummel en 1845
    Les Prophètes du passé en 1851
    Les Œuvres et les hommes 1860-1909
    Les Quarante Médaillons de l'Académie en 1864
    Les Ridicules du temps en 1883
    Pensées détachées, Fragments sur les femmes en 1889
    Polémiques d'hier en 1889
    Dernières Polémiques en 1891
    Goethe et Diderot en 1913

    Un parfum de scandale au XIX ème siècle             

    La parution en novembre 1874 des Diaboliques suscite un scandale terrible dans la société puritaine de l'époque, d'autant que l'auteur insiste sur la véracité des faits qu'il raconte dans ses six nouvelles. Mais Barbey est coutumier du fait. Jamais on n'a encore osé "dénoncer" ainsi la perversité de la femme.. et dans les salons Normands ou Parisiens.. on cause, on polémique sur la vulgarité de l'auteur et sa mysoginie malsaine. Parfum de scandale relayé notamment par le Charivari – hebdomadaire satirique, anticlérical et républicain –, dans lequel le critique Paul Girard écrit : « […] l'écœurement nous a fait tomber le livre des mains. Hein ! Si c'était un libre-penseur qui eût écrit ces monstruosités ! quel déchaînement ! Mais, je le répète, M. Barbey d'Aurevilly se pique de vivre dans l'intimité de la sacristie. […] Qu'en dites-vous des bons livres qu'enfante un des champions du trône et de l'autel ? » Les remous suscités par Les Diaboliques aboutissent à des poursuites judiciaires contre l'auteur. Un mois plus tard, en décembre 1874, la police se rend chez l'éditeur Dentu à Paris, près du Palais-Royal, dans le but d'en confisquer les exemplaires restants… mais déjà tous vendus ! Barbey d'Aurevilly comparaît le 15 décembre devant le juge pour une enquête de moralité, accusé « d'outrage à la morale publique et aux bonnes mœurs ». Il avait déjà été enfermé quelques jours en 1847, 1854 et 1855 pour indiscipline, puis mis à l'amende en 1863 à cause d'un article dans Le Figaro ; et en 1857, il était monté au créneau juridique pour défendre Baudelaire. Mais en cette année 1874, âgé de soixante-six ans, il ne peut compter sur personne pour le défendre. Ce sera finalement l'intervention de Gambetta qui calmera les choses en janvier de l'année suivante...

    Les diaboliques - six nouvelles de Barbey d'Aurevilly

    Cliquez dans la nouvelle qui vous intéresse

    TRAVAIL EN COURS - le rideau cramoisi  et la vengeance d'une femme, A un dîner d'athées : sont disponibles

    Les diaboliques - six nouvelles de Barbey d'Aurevilly  Les diaboliques - six nouvelles de Barbey d'Aurevilly  Les diaboliques - six nouvelles de Barbey d'Aurevilly  Les diaboliques - six nouvelles de Barbey d'Aurevilly  Les diaboliques - six nouvelles de Barbey d'Aurevilly  Les diaboliques - six nouvelles de Barbey d'Aurevilly

    Tempête

    Si vous aimez cet artile, partagez-le sur Facebook : partagez merci
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :