• Je viens du bout d'un monde de peines

    J'avais écrit ces quelques mots pour mon amie Evelyne et ses sœurs qui venaient de perdre leur cher petit frère. Je la partage à nouveau avec vous tous qui passez par là car une autre Evelyne a perdu Erika sa petite fille âgée de 22 ans ces jours-ci. Il faut éviter de sombrer dans le gouffre qui nous attire après la disparition d'un être cher. Nous entourons de notre affection et de notre amour ceux qui restent, même crucifiés par le chagrin.

    Je viens du bout d'un monde de peines..

    Prière 

    Des pensées, des prières pour le prêtre Hamel assassiné hier, Dieu le garde.  

    Je viens du bout d'un monde de peines,

    Je viens du bout d'un monde de peines qu'on supporte
    vous bercer doucement, vous prendre dans mes bras.
    Je suis cette présence qui calme et réconforte
    vos immenses chagrins, vos tourments vos tracas.

    Priez je vous console, j'écoute vos détresses,
    Je ranime vos rires et vos joies d'autrefois,
    Je guide vos disparus dont l'absence vous blesse
    le long d'un grand chemin, je les mène là-bas

    dans des ailleurs sans fin au-dessus de la mer
    qui engloutit vos larmes et vos peines aussi,
    j'apaise et je soulage comme une bonne mère.

    Je viens du bout d'un monde de peines qu'on supporte
    vous bercer doucement, vous prendre dans mes bras
    ne me cherchez jamais je ne vous quitte pas.

    Catherine Pallois - Marthe des Monts C'était hier Tous Droits Réservés

    Erika si jeune encore, 20 ans .. Erika repose désormais dans les bras de son cher grand-père Daniel. Je ne les oublierai ni l'un ni l'autre, jamais.

    1er mai...

    La nuit n’est jamais complète.

    Il y a toujours, puisque je le dis,
    Puisque je l’affirme,
    Au bout du chagrin
    Une fenêtre ouverte, une fenêtre éclairée

    Il y a toujours un rêve qui veille,
    Désir à combler, Faim à satisfaire,
    Un cœur généreux,
    Une main tendue, une main ouverte,
    Des yeux attentifs,
    Une vie, la vie à se partager.

     Paul Eluard

    Poème de Victor Hugo pour Claire décédée en 1846 de tuberculose et 3 ans après sa propre fille Léopoldine, Claire était la fille de sa très fidèle maîtresse Juliette Drouet

    Quel âge hier ? Vingt ans. Et quel âge aujourd’hui ?
    L’éternité. Ce front pendant une heure a lui.
    Elle avait les doux chants et les grâces superbes ;
    Elle semblait porter de radieuses gerbes ;
    Rien qu’à la voir passer, on lui disait : Merci !
    Qu’est-ce donc que la vie, hélas ! pour mettre ainsi
    Les êtres les plus purs et les meilleurs en fuite ?
    Et, moi, je l’avais vue encor toute petite.
    Elle me disait vous, et je lui disais tu. 

    L'illusion

    Si vous aimez cet article, partagez-le sur Facebook : partagez merci
    Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    4
    Dimanche 29 Juin 2014 à 14:19

    bisous Fanette bonn fin de journée aujourd'hui je valide mes commentaires un peu tard mais j'étais à la kermesse des petits. Merci de ton message.

    3
    Samedi 28 Juin 2014 à 19:02
    FANETTE
    Coucou
    Je ne sais pas si Paul Eluard avait raison mais il faut toujours espérer, mais j'avoue que parfois c'est difficile
    bonne soirée
    bisous
    2
    Mardi 24 Juin 2014 à 10:47

    Ah je suis ravie que tu aimes les oeuvres de G.FAURE il faut dire que comme toi je les trouve tellement sublimes. J'ai écrit car je n'avais aucun moyen de sortir ma peine pour elle... Passe un bon séjour à Voisins Michèle je t'embrasse et te remercie beaucoup de ta présence.

    1
    mamierousse
    Mardi 24 Juin 2014 à 10:40

    ah Gabriel Fauré!!! un de mes morceaux préférés... quelle sublime musique, elle accompagne très bien ce dernier poème certainement adressé à ton amie Evelyne dans la peine. Toujours pleine de délicatesse envers les autres. Merci Catherine. Je pars trois jours à Voisins le Bretonneux. Bises Michèle

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :