• French Manucure de Géraldine Maillet

     French Manucure de Géraldine MAILLET

    French Manucure de Géraldine Maillet

     édité ici en livre de poche à 6,70 euros l'illustration de la couverture est de Isabelle Maroger.

     RESUME : L'une à la tête de sa petite entreprise, l'autre de sa famille nombreuse, la troisième riche divorcée et la quatrième actrice ratée, Clarisse, Jeanne, Noé et Gab, amies de toujours, se retrouvent une fois par mois autour d'un dîner fantasque. Trentenaires frustrées au bord de la crise de nerfs ou femmes combatives ? Siphonnées et craquantes à la fois, elles refont le monde, se déchirent, se consolent... Jusqu'au jour où Gab annonce qu'elle écrit un scénario à partir de leur histoire. Là, ça vire au drame. (perso.. drame comique)

    Roman ultra moderne au style enlevé et complètement craquant.
    Une parodie ou bien une satire oui c'est bien ça.. une bonne satire littéraire des jeunes femmes de notre époque.

    J'ai passé l’âge ? oui, mais j'ai connu.. un autre siècle ? faut pas pousser,
    suis pas si vieille finalement j'ai presque connu la même chose.. j'exagère juste un peu.

    C'est un excellent livre que je conseille vraiment,
    faut pas passer à côté de ce roman. Je vais le passer à ma fille et ma belle-fille.
    Ce bouquin procure du tonus à qui s'épuiserait dans les dédales d'une vie à 100 à l'heure
    ou à qui il manquerait ou qui aurait l'horrible sentiment d'être déjà has-been
    ou largué dans des situations relou hilarantes parfois.

    Quel humour cette Géraldine Maillet, quelle jeunesse brossée avec une ironie percutante
    qui fait du bien, quelle fantaisie et quelle vérité dans les réparties
    fameusement attribuées à Jeanne, Noé, Clarisse et Gab des amies très liées
    qui ne se lâchent pas, qui se bouffent le nez, qui se consolent..
    qui s'aiment quoi ! et qui se parlent franc comme on se parle de nos jours en bavachant au bigophone histoire de se faire mousser, de se faire plaindre un peu ou histoire
    de cracher les sales moments c'est mieux à partager les sales moments
    et pour se sentir moins seules c'est une bonne technique.

    Suis ko.. ce roman m'a bousculée et m'a accrochée solidement
    jusqu'à rêver d'être la cinquième copine ahah elle est bien bonne !
    ah oui voilà une réussite dans le genre.

    QUELQUES EXTRAITS

    Page 68 ... Toi, Jeanne, tu t'épanouis dans la quête du bonheur, moi, je veux prendre mon pied tout de suite. Noé en rajoute. - Ils t'ont bien lavé le cerveau. - Vous ne voyez pas la réalité en face. Clarisse broie du noir. Vous savez pourquoi ? Elle ne couche plus avec Paul. - Ma libido ne te regarde pas, Jeanne. - Noé est persuadée que tant qu'elle ne convolera pas en secondes noces avec un mec aussi riche que Steve Jobs, elle sera en situation d'échec. Gab croit atteindre la plénitude en collectionnant des amants louches. Vous vous gourez sur toute la ligne, les filles. Vous êtes futiles, capricieuses, impatientes. Pour vous, le bonheur, c'est le plaisir immédiat. Mais c'est un leurre. Le plaisir est un miroir aux alouettes. - Laisse tomber, Jeanne, on est irrécupérables.

    Page 144 ... Jeanne se déchaîne. - Je suis dans le pétrin à cause de toi, Gab. Madame devait terminer sa conversation très importante. Madame avait des choses à noter. Bonne poire, je tiens le casque, le sac, je prête mon dos, j'endure, je n'ai même pas droit à un remerciement... Bien sûr que non. Pourquoi remercier Jeanne, elle est là pour ça, souffre-douleur, dépanneuse, porte-manteau, benne à ordures. L'humiliation a assez duré, je vais devenir comme vous toutes, égoïste, mégalo, capricieuse, lunatique... - Cool, Jeanne, plus tu t'énerves, plus... - Tout le monde se moque de ma souffrance. Je suis la grosse sympa conciliante, serviable, d'humeur égale. C'est fini, je n'en peux plus...

    Page 188 ... Mais une femme de trente-six ans à la terrasse d'un café, c'est soit une pute, soit une allumeuse, soit une conne, soit une dépressive. Je suis arrivée à un stade où, en dépit de mes efforts, je suis un passeport périmé, un CDD, un pneu lisse, un Be-Bop, une rose qui pique du nez. Les seconds couteaux n'intéressent personne à part les excentriques et les frustrés. Et c'est compréhensible, tout le monde préfère acheter un Kelly chez Hermès que dans un dépôt-vente même s'il a été protégé par du papier de soie. Tu comprends pourquoi j'en ai gros sur la patate ? Si j'attends tranquillement de passer dans la catégorie quatrième âge, je m'abonne à Plein de vie, je m'endors devant Vivolta, je renie Marc Jacobs, je m'abreuve de Nuits Calmes, c'est que je fais une croix définitive sur ma vie de femme...

    Page 262 ... Draguer sur Small World, c'est pire que brancher l'homme de ta vie dans les backstages du défilé Victoria Secret. J'ai pris deux malheureux râteaux en moins d'une heure. Le boss d'une multinationale cotée au Nasdaq et le patron d'une compagnie pétrolière basée au Qatar. Tu sais ce que ça veut dire. Je suis à deux doigts de la punition suprême. Renvoyée sur Big World au milieu de la loose planétaire. Je ne supporterais pas.

    Page 263 ... Clarisse se met en position " huître ", censée apporter calme et apaisement en hatha yoga. - Tu es siphonnée, ma belle. Sur ces sites de rencontres, les gens ne cherchent qu'à baiser. J'aurais peur de tomber sur un malade. Et puis tu n'as pas le couteau sous la gorge, tu peux discuter autant que tu veux. Si tu sens que ton interlocuteur est un gros dégueulasse, il suffit d'enfoncer une touche et il disparaît à jamais.

     citation : La passion illumine, elle nous rend plus humain.

    Page 273 ... Il n'y a rien de gratifiant à organiser un week-end dans le lubéron pour les meilleurs vendeurs d'Afflelou. Rien de valorisant à dealer avec un VIP le prix de sa présence à l'anniversaire du numéro douze d'Endemol. Je ne fais plus d'effort pour m'habiller, je laisse mes cheveux en jachère, je ne me maquille plus. Je n'attends rien, même pas le retour de Paul. - Je propose un suicide collectif.
                                                                                           

    French Manucure de Géraldine Maillet                                                                                                                   

    Bravo à Géraldine Maillet vraiment quelle découverte , quel écrivain,
    quelle histoire ! Cette écrivaine en est à son 8ème ouvrage.. j'ai de la lecture à prévoir dans ce cas et je suis impatiente.

    Tempête

    Si vous aimez cet article, partagez-le sur Facebook : partagez merci

     

     

    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :