• d'Ocre et de Cendres M.Perret

    D'Ocre et de Cendres de Michèle PERRET Edité chez AMARANTE

    d'Ocre et de Cendres M.Perret

    D'Ocre et de Cendres de Michèle PERRET Edité chez AMARANTE

    Des tranches de vies Oranaises nous sont contées avec beaucoup de délicatesse et de tendresse par Michèle PERRET.

    Nous avons commémoré en 2012 le cinquantième anniversaire de la fin d'un rêve. Un rêve de paix et de fraternité, il faut à présent digérer ici comme là-bas, ce passé douloureux.

    Ces femmes tellement attachantes racontées par l'Auteure, nous les avons peut-être rencontrées un jour, qui sait ? Prises dans un ouragan de violence, elles sont devenues les fantômes qui rôdent dans notre mémoire collective.

    J'ai aimé chacun des personnages en imaginant leurs premières Amours, leurs traditions, leurs cultures, leurs espoirs, leurs silences, leurs cris et leurs combats.
    Michèle Perret m'a émue et ses personnages m'ont bouleversée, je suis revenue deux fois sur " La lingère et les moustachus ".

    En parcourant quelques lignes qui m'ont touchées particulièrement, j'ai eu envie de les partager avec vous qui passez dans mes pages

    " Un chagrin muet et froid, les lèvres pincées, les yeux secs.
    Elle a repassé soigneusement sa robe un peu démodée du deuil de Marinette, elle a épinglé à son revers sa chère broche en or ornée d'une améthyste, mis son ridicule petit canotier noir à voilette et monsieur Kouider nous a emmenées au cimetière dans sa fourgonnette.
    Nous sommes restés un peu loin dans l'allée de cyprès, et quand le cortège est reparti, elle s'est avancée jusqu'à la tombe refermée. Et là, elle est restée longtemps, très longtemps, si petite, toute droite, toute raide, les lèvres pincées et les yeux secs - quels adieux devait-elle lui faire ?
    Quand elle est revenue vers moi, soudain un peu voûtée, et qu'elle a manqué trébucher sur un caillou, c'est monsieur Kouider qui l'a retenue pour l'empêcher de tomber ".

    Si j'ai choisi cet extrait page 73 c'est parce que j'ai visualisé Joséphine, fière et recueillie devant  la dépouille... d'un mirage, cette terre d'Algérie oh combien piétinée !

    Il faut se déraciner. Couper l'arbre et en faire une croix, et ensuite la porter tous les jours dit un jour Simone Weil, j'aime particulièrement cette citation.

    Je vous conseille la lecture d'Ocre et de Cendres.

    Vous pouvez retrouver Michèle Perret sur Facebook et sur youtube.

    Tempête

    Si vous aimez cet artile, partagez-le sur Facebook : partagez merci
    Pin It

  • Commentaires

    3
    Jeudi 28 Novembre 2013 à 19:38

    Merci Michèle d'être arrivée jusque là finalement pour répondre à Biguy... je vais voir si elle a ta réponse. Je te souhaite Michèle beaucoup de succès tes ouvrages le méritent. Amicalemet.. à très vite sur le net.

    2
    Michèle Perret
    Jeudi 28 Novembre 2013 à 19:27

    Merci pour cette lecture, Biguy ! En fait, rein n'a changé à part deux choses, mais je crois qu'elles ont révolutionné nos vies : les machines à laver et la contraception ! Une amis m'a dit, je vais faire lire ton livre à mes filles pour leur faire voir ce qu'était la vie avant la pilule. Et par dessus le marché, il y avait une sale guerre, très fratricide.

    1
    Jeudi 28 Novembre 2013 à 16:55

    Merci Biguy (CASSINE CREATIONS)

    Coucou, une petite visite pour te dire que je viens juste d'entamer la lecture D'ocre et de Cendres. Oui a force d'en parler j'ai fini par me laisser tenter et je l'ai télécharger (en version legale epub) c'est la seule que mon ebook reconnait. J'ai fini la nouvelle d' Halima. j'ai été surprise entre le coté "ancien" des nouvelles mais tellement actuel en fait.... 50 ans ont passé et on voit que la société n'a pas tellement évoluée, coincée dans les méandres de la réussite, de l'amour et du prix à payer pour avoir tout ca. Aujourd'hui à part la pauvre Soledad qui s'en sortirait tout le reste est encore d'actualité, on trime encore comme Halima sur des travaux d'hercule pour des salaires permettant tout juste de vivre, on reste coincé comme Solange dans des situations inconfortable et épuisante moralement et ne parlons pas des Grands freres qui jouent les caids et les "parents". On ne peut pas déléguer l'éducations des enfants à des enfants mais bon... c'est un autre débat. Tout ca pour te dire que j'ai adoré ce livre. une bonne soirée bisous

    Biguy enfin enfin ma page a pu servir à quelque chose... merci pour cet échange pour ton commentaire qui est vraiment intéressant et qui plaira probablement beaucoup à Michèle. Et si tu es intéressée par Terre de vent je peux te le prêter ce sera avec plaisir.

    Bisous Biguy

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :