• Cécile..

    Cette page est pour mon amie Cécile partie bien trop tôt.

     

    Elle aurait eu encore tant de beaux jours ici à vivre. Le destin en a décidé autrement.. les années filent.. je reste fidèle à cette amitié qui nous unissait toutes les deux.

    Merci infiniment Martine

    Cécile..

    Je pense particulièrement à Cécile ces jours-ci car voilà deux ans, elle a quitté ce monde et les vacances scolaires approchent, elle savait mon bonheur à retrouver mes petits enfants, je sais combien elle aurait aimé voir les siens grandir.

    Quelques mots de Simone Veil

     Il restera de toi…
    Il restera de toi ce que tu as donné.
    Au lieu de le garder dans des coffres rouillés.

    Il restera de toi de ton jardin secret,
    Une fleur oubliée qui ne s’est pas fanée.


    Ce que tu as donné, en d’autres fleurira.
    Celui qui perd sa vie, un jour la trouvera.

    Il restera de toi ce que tu as offert
    Entre les bras ouverts un matin au soleil.


    Il restera de toi ce que tu as perdu
    Que tu as attendu plus loin que les réveils,
    Ce que tu as souffert, en d’autres revivra.


    Celui qui perd sa vie, un jour la trouvera.

    Il restera de toi une larme tombée,
    Un sourire germé sur les yeux de ton coeur.


    Il restera de toi ce que tu as semé
    Que tu as partagé aux mendiants du bonheur.


    Ce que tu as semé, en d’autres germera.
    Celui qui perd sa vie, un jour la trouvera.

    Hier.. promenade à Saint Vaast La Hougue où pour la première fois il n'y avait ni pluie, ni soleil, ni vent et cela est exceptionnel. J'ai confié à la Vierge de la chapelle des marins, j'ai confié aux âmes des marins disparus en mer, la flamme de l'amitié et du souvenir pour elle. Dans le Cotentin, les Terriens sont unis pour toujours à la mer.

    Cécile..

     Y a comme un goût amer en nous
    Comme un goût de poussière dans tout
    Et la colère qui nous suit partout
    Y a des silences qui disent beaucoup
    Plus que tous les mots qu'on avoue
    Et toutes ces questions qui ne tiennent pas debout
    Évidemment, Évidemment..
    On danse encore
    Sur les accords
    Qu'on aimait tant
    Évidemment, Évidemment..
    On rit encore
    Pour les bêtises
    Comme des enfants
    Mais pas comme avant
    Et ces batailles dont on se fout
    C'est comme une fatigue, un dégoût
    A quoi ça sert de courir partout
    On garde cette blessure en nous
    Comme une éclaboussure de boue
    Qui n'change rien, non, qui change tout
    Évidemment, Évidemment..
    On danse encore
    Sur les accords
    Qu'on aimait tant
    Évidemment, Évidemment..
    On rit encore
    Pour des bêtises
    Comme des enfants
    Mais pas comme avant
    Évidemment, Évidemment..
    On danse encore
    Sur les accords
    Qu'on aimait tant
    Évidemment, Évidemment..
    On rit encore
    Pour des bêtises
    Comme des enfants
    Mais pas comme avant
    Non
    Pas comme avant non, Pas comme avant.

     

    Pin It

  • Commentaires

    4
    ana
    Samedi 28 Octobre à 00:30

    Merci chère Babou de cette belle manifestation d´amitié!  J´adore les mots de Simone Veil: il ne reste de nous que ce que on a donné, semmé, offert.

    Merci aussi de la belle chanson. Votre petite monde est un monde de beauté.  Merci encore!

    Saludos amiga!

      • Samedi 28 Octobre à 10:22

        Se souvenir d'une amie ou d'un être cher qu'on a perdu fait beaucoup réfléchir , alors c'est vrai nous reviennent en mémoire les moments agréables passés à ses côtés. Merci Ana pour votre présence sur ce blog si difficile à atteindre. A très bientôt. Amitié.

    3
    Jeudi 19 Octobre à 14:27

    Bonjour chère Babou,

    Tu me donnes la larme à l'oeil !

    Que beau témoignage d'amitié !

    Tu as choisi un très beau texte, et une jolie chanson.

    Ils sont juste de l'autre côté, ils peuvent nous voir, nous les sentir !

    Magnifique hommage.

    Bonne fin de journée, bisous.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :