• C'était hier

     Une toile magnifique de Claudie Gimeno dont je n'ai pas trouvé de site mais juste une reproduction sur le net ICI cette toile doit-être à vendre je pense. C'est en l'examinant que j'ai pensé puis écrit ces mots pour Maurine.

    C'était hier

    C'était hier,

    Je la revoie c'était hier
    la chevelure ébouriffée,
    je la retrouve tout est si clair
    Penchée sur son livre fané,
    elle cherche du bout du doigt
    à retrouver le mot perdu
    puis trace une petite croix
    qu'elle ne reverra jamais plus,

    puis elle se dresse et soudain
    je crois qu'elle reprend ses esprits
    mais quelques secondes plus loin
    elle glisse vers l'infini.
    Elle quand l'absence la prend
    dans la présence s'aventure
    puis s'échappant tout doucement
    sombre à nouveau dans un murmure.

    Ses traits s'animent sur son visage
    mais elle regarde sans voir
    le petit chat noir au passage
    qu'elle croit toucher mais elle s'égare.
    Parfois elle se noie dans un vide
    de lignes qu'elle ne comprend plus,
    elle ouvre ses yeux invalides
    qui se fixent dans l'absolu.

    Quant elle s'éveille en sourdine
    je suis pour elle une inconnue
    lui vient des noms qui me chagrinent
    découragée de n'être plus
    et lorsqu'elle se penche vers moi
    à mille lieues de sa conscience
    je crois qu'elle me parle tout bas
    mais sa voix retombe en silence.

    Je fus témoin de ses retours
    aux réalités en mouvance,
    de ses sourires, de ses discours
    sur les chimères de ses démences.
    Je fus témoin de ses voyages
    dont elle restera prisonnière.
    je fus témoin de ses naufrages
    je la revoie c'était hier.

    Catherine Pallois - Marthe des Monts C'était hier Tous Droits Réservés 12/01/16

     

    Les Gnossiennes sont une œuvre en six parties d'Erik Satie. Elles ont été composées entre 1890 et 1897, et publiées en 1893 pour les trois premières et 1968 pour les trois dernières.

    Éric-Alfred-Leslie Satie, dit Erik Satie, est un compositeur et pianiste français né à Honfleur le 17 mai 1866 et mort à Paris le 1er juillet 1925.

    Il est parfois de purs instants de transparence où semble s'effacer toute frontière entre le dehors et le dedans, où l'âme et le jardin se regardent, se découvrent accordés et s'accueillent dans la paisible évidence d'une amitié plus ancienne et fidèle que la mémoire des jours.
    Henri Gougaud

    C'était hier

    Si vous aimez cet article, partagez-le sur Facebook : partagez merci
    Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    6
    Mardi 6 Décembre 2016 à 09:01

    Et puis, sur l'autre rive tout s'éclaire... rien jamais ne s'efface pour de bon, ce sont seulement des points en suspension. Nous manquons de foi et de patience. De patience et de foi.

    Mais ta façon de dire, ces mots feutrés comme des petits pas dans le sable ou la neige  (selon ses aspirations) celanos vrille ...

    Moi aussi j'aime bien Satie...

    Je t'embrasse, Maïa

     

      • Mardi 6 Décembre 2016 à 10:03

        Ma chère Maïa c'est vrai que nous manquons de foi et de patience mais si nos esprits se troublent nos regards mémorisent dans des petits casiers intimes des situations confuses qui resurgiront un jour.. Satie est une merveille d'expressions visuelles pour qui arrive à les discerner. Merci de ton passage ici.

    5
    Jeudi 14 Janvier 2016 à 12:08
    Fanette

    coucou Catherine 

    Le temps qui passe, les gens, les proches qui parfois ne nous reconnaissent plus, pour diverses raisons d'ailleurs 

    C'était hier 

    bonne journée 

    bises

      • Jeudi 14 Janvier 2016 à 12:53

        Merci Fanette d'être passée je te souhaite de très belles journées hivernales si cela est possible dans nos régions pluvieuses. A très vite.

    4
    mamierousse
    Mercredi 13 Janvier 2016 à 12:38

    Pleine de frissons...aussi bien pour le texte qui me chavire par tant de vérités (mais qui est le plus malheureux ? ton personnage ou celui ou celle qui subit cette absence de souvenirs!) mais le dire avec tant de tendresse : c'est superbe et poignant à la fois ; quant à SATIE : j'adore.... de plus le rythme s'accorde à merveille avec celui de la poésie. Vraiment merci pour ce merveilleux ensemble.

    Affectueusement Michèle

      • Mercredi 13 Janvier 2016 à 12:59

        Je ne répondrai pas franchement à ta question mais  je te dirais juste que je crois que l'absence de souvenirs doit-être horrible lorsqu'on réalise... Merci de ton passage Michèle et Satie ah Satie, tout en petites touchantes si belles je suis contente que tu aimes, je l'ai découvert chez Sylvie il y a quelques années et Olivier qui joue bien du piano m'avait donné alors quelques précieuses explications sur lui. A bientôt Michèle.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :