• Brûlant secret de Stefen Zweig

    Brûlant secret de Stefen ZWEIG édité ici en livre de poche traduction d'Alzir Hella Couverture Sean Sexton/Hulton. prix 5,60 euros.

    Brûlant secret de Stefen Zweig

    Stefan Zweig, né le 28 novembre 1881 à Vienne, en Autriche-Hongrie, et mort par suicide le 22 février 1942, à Petrópolis au Brésil, est un écrivain, dramaturge, journaliste et biographe autrichien. 

    Nombre de ses ouvrages sont édités en Livre de Poche.

    RÉSUMÉ au verso du livre

    Comment le désir et la passion, enracinés au fond de chaque être, peuvent le révéler à lui-même et bouleverser son destin : tel est le secret que tentent de percer les quatre récits qui composent ce volume.

    L’éveil de la jalousie chez un garçon de douze ans, qui a innocemment rapproché sa mère et le jeune vacancier oisif dont l’amitié l’emplissait de fierté ; la dérive nocturne d’un homme qui découvre au contact des voyous et des prostituées une part inconnue de lui-même ; le mystère d’une jeune femme qui se donne sans vouloir révéler son identité ; la rivalité de deux sœurs, l’une religieuse et l’autre courtisane…

    Dans des situations très diverses, l’auteur de Vingt-quatre heures de la vie d’une femme explore avec audace des sentiments troubles et fascinants, témoignant d’une absolue maîtrise de son art de romancier.

    Brûlant secret de Stefen Zweig

    « J'ai personnellement  plus  de  plaisir  à  comprendre  les  hommes  qu'à  les  juger »

    J'avais déjà repéré cette citation de S.Zweig elle est la raison pour laquelle j'ai voulu lire Stefen ZWEIG et en choisissant " Brûlant secret " ça a été vraiment une révélation pour moi. Je dirais que son écriture fluide est d'un autre temps mais ô combien intéressante. Apparentée à cette manière d'écrire chez certains auteurs du XIXe tel entre autres Jules Barbey d'Aurevilly, je ne suis pas experte en littérature mais j'ai vraiment fait un rapprochement entre les deux genres entre autres auteurs bien sûr. Je sors de styles plutôt contemporains et l'imparfait du subjonctif ce temps particulier qui ne manque pas de charme m'a prise au piège.  Le style de l'écriture est une sorte de dissection psychologique et méthodique de différents sentiments humains. Ces quatre nouvelles m'ont beaucoup plu. Un cheminement de l'esprit qui ne m'a pas laissée indifférente. Pour assouvir une soif de séduction que ne ferait-on pas ? et qu'importe l'époque tous les coups sont permis et si parfaitement exprimés. J'ai beaucoup aimé les contrastes entre la sérénité des paysages, la beauté des saisons et le troublant émoi des personnages. 

     J'ai eu ma petite préférence pour la première nouvelle : Brûlant secret qui au final démontrerait qu'après bien des sournoiseries et les duplicités d'adultes l'enfant fait preuve de grande sagacité. C'est probablement la fin d'une enfance contée ici. 

    Quelques extraits

    Extrait 1ère nouvelle :  Brûlant secret - page 50 : Ils étaient là tous les trois, indécis, s'épiant mutuellement. "Allons, marchons", dit d'une voix résignée la femme mécontente, tout en effeuillant une de ses belles roses. Un léger frémissement agitait ses narines, ce qui chez elle était l'indice de la colère. Comme si ces paroles ne s'adressaient pas à lui, Edgar regardait en l'air, sans bouger de place. Quand ils se mirent en route, il se joignit à eux. Le baron essaya de le dissuader de les suivre. "Aujourd'hui il y a un match de tennis, as-tu déjà vu ce spectacle ?" Edgar le regarda avec mépris. Il ne lui répondit pas, se contentant d'arrondir ses lèvres comme pour siffler. C'était là sa façon de faire connaître son sentiment. Sa haine, aiguisée, montrait les dents...

    Extrait 2ème nouvelle :  Conte crépusculaire - page 95 : Tout à coup, au moment où il s'enfonce plus avant dans l'obscurité, un bruit étrange se produit. Le gravier crisse légèrement derrière lui. Effrayé, il se retourne : tel un feu follet une grande forme blanche s'avance dans sa direction. Déjà elle est sur lui. Il sent avec effroi qu'une femme l'enlace dans une fougueuse étreinte mais dénuée cependant de toute violence. Un corps doux et tiède se presse ardemment contre le sien. Une main caresse ses cheveux d'un geste rapide et lui rejette la tête en arrière. Il défaille en sentant sur sa bouche un fruit entr'ouvert qu'il ne connaît pas, des lèvres frémissantes qui boivent les siennes...

    Extrait/fin 3ème nouvelle : La nuit fantastique - page 196 : Une fois que quelqu'un s'est trouvé lui-même, il ne peut plus rien perdre dans ce monde. Et dès que quelqu'un a compris l'être humain qu'il y a en lui il comprend tous les humains.

    Extrait 4ème nouvelle : Les deux jumelles - page 218 : Assises devant la longue table qu'ébranlaient naguère les rires des convives, les deux soeurs esseulées avaient tout loisir de penser au passé. Sophie, surtout, songeait mélancoliquement au temps où loin des plaisirs du monde elle menait une vie sage et agréable à Dieu. Parfois elle rouvrait ses livres de piété couverts de poussière, car souvent la sagesse vient aux femmes quand la beauté les quitte. Peu à peu un revirement surprenant s'accomplit dans l'esprit des deux jumelles.  

    Une belle écriture, un bel ouvrage à lire.

    Brûlant secret de Stefen Zweig

    Pin It

  • Commentaires

    2
    Vendredi 10 Novembre à 15:11

    merci Mousse et merci pour remettre en mémoire " la confusion des sentiments " pour ce qui est de Balzac et Hugo nous sommes bien d'accord toutes les deux. Bises bonne fin de semaine et bon week-end de repos.

    1
    Vendredi 10 Novembre à 14:55

    Bonjour chère Babou,

    J'aime beaucoup cet auteur, j'ai lu  quand j'étais au collège, "La confusion des sentiments".

    C'est bon de relire les classiques, moi mon préféré reste Balzac et Victor Hugo, il ont des plumes sublimes, ils écrivent tellement bien le français.

    Un bon choix de livre !

    Bonne fin de semaine, mes amitiés, bisous.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :