• Brigitte BARDOT et sa lettre ouverte

    Brigitte Bardot est née le 28 septembre 1934 je l'aime et je la respecte pour l'oeuvre qu'elle a voulu accomplir depuis tant d'années. Nous sommes le 23 septembre 2014 et Brigitte va fêter ses 80 ans !

    Brigitte BARDOT et sa lettre ouverte

    Quelle image, quelle trace laissera-t-elle dans l’histoire populaire ? Car Brigitte Bardot est un des rares mythes contemporains, complexe de surcroît : muse de la Nouvelle Vague, égérie de la culture française des années 60, icône féminine mondiale, beauté adulée par ses contemporains, c'est la plus fervente protectrice des droits des animaux. Pourtant, recluse dans sa Madrague tropézienne, elle élève sa voix à la fin des années 90 pour défendre  sa « patrie », qu’elle dit « envahie par une surpopulation étrangère ». Un document édifiant, qui résonne très fort, dans la France des années 2010.

    Abonnez-vous à des lettres... ce site nous permet de découvrir des merveilles de courrier inatendus.

    Brigitte BARDOT et sa lettre ouverte

    Française de souche, je suis. Mon éducation, mes antécédents m'ont enracinée corps et âme dans ce pays qui est le mien et pour lequel mon grand-père et mon père ont combattu courageusement l'oppression et l'envahissement germaniques au cours des deux dernières guerres mondiales, 1914/1918 et 1939/1945. Leurs blessures, leurs croix de guerre et leurs Légion d'honneur ont fait partie intégrante d'un patrimoine familial qui a contribué à forger en moi un sens patriotique subconscient mais si présent, qu'au summum de ma plus grande gloire cinématographique j'ai toujours refusé de m'expatrier aux Etats-Unis qui me proposaient des ponts d'or afin de rester représentative de l'image d'une France qui me fit « Marianne » après que j'eus rapporté à ma nation l'équivalent des devises de la Régie Renault.

    Avec le général de Gaulle et la tour Eiffel, je suis peut-être la Française la plus connue au monde. N'en tirant aucune gloire personnelle, je mis cette célébrité au service de la détresse animale. A l'âge de vingt-cinq ans, alors que l'O.A.S. essayait de me racketter que je leur tins tête avec courage et détermination, je commençai, avec l'aide du ministre Roger Frey, à mettre en place des méthodes d'abattage moins cruelles pour les animaux d'abattoirs. Je devins végétarienne après avoir compris l'horreur que les hommes faisaient subir à ces pauvres bêtes dites de consommation.

    La loi française qui, à l'époque, ne se souciait ni de la souffrance ni du stress des animaux égorgés conscients n'en finissant plus de se vider de leur sang, la loi française, au bout de dix longues années, fut changée et les animaux eurent le pauvre privilège d'être étourdis ou anesthésiés électriquement, ce qui permettait à la coeur de continuer de battre afin de les vider de leur sang mais dans un état d'inconscience qui leur évitait la douleur de se sentir mourir lentement. Ce fut pour moi une triste victoire, mais une victoire quand même.

    Et puis voilà que mon pays, la France, ma patrie, ma terre, est de nouveau envahie, avec la bénédiction de nos gouvernants successifs, par une surpopulation étrangère, notamment musulmane, à laquelle nous faisons allégeance ! Au droit desquels nous nous plions avec soumission.

    De ce débordement islamique nous devons subir à nos corps défendants toutes les traditions, pour beaucoup les mauvaises interprétations de leur religion et le mépris de l'ordre public devant lequel nos dirigeants politiques se soumettent avec une lâcheté qui n'a d'égale que « leur trouille ».

    D'année en année nous voyons fleurir les mosquées un peu partout en France, alors que nos clochers d'églises se taisent faute de curés. D'année en année, les abattages rituels, très souvent clandestins, sans étourdissement préalable, transforment les abattoirs en lieux d'épouvante où les animaux, nos animaux, subissent des agonies et des supplices dignes des plus atroces sacrifices païens. Et puis, en plus de ce quotidien hors la loi mais admis et accepté par le ministère de l'Intérieur, il y a l'atroce « Aïd-el-Kébir » qui se développe partout en France et autorise chaque chef de famille musulmane à égorger « son » mouton. La terreur, n'importe où, n'importe comment, sans contrôle sanitaire, dans des champs « loués » par des agriculteurs complaisants, avec l'aval des dérogations généreusement accordées par certains préfets, dans des escaliers d'immeuble, dans des baignoires. Pauvres dizaines de milliers de bêtes égorgées les unes devant les autres avec des lames plus ou moins effilées, par des sacrificateurs maladroits qui doivent s'y reprendre à plusieurs fois, pendant que des gosses, éclaboussés de sang, baignent dans ce magma de terreur, de sang giclant des jugulaires mal tranchées.

    Sommes-nous devenus fous d'accepter à ce point l'inacceptable ? Pourquoi tels ces moutons voués à des sacrifices illicites ne réagissons-nous pas ? Les Français sont-ils devenus des lâches, des couards qui se laissent pomper jusqu'à la dernière goutte par des impôts, de plus en plus inadmissibles, remerciant encore l'Etat de leur laisser leurs yeux pour pleurer ?

    Faut-il, après les vaches folles de la « folie humaine », continuer et accepter la barbarie de l'élevage concentrationnaire où les vaches, veaux, poulets, cochons… sont piqués et gavés de produits chimiques ? Comment ne pas se révolter de se nourrir de l'atroce souffrance animale ?

    J'ai, depuis de nombreuses années, vu tous les ministres concernés, j'ai été en relation avec le recteur Boubakeur de la Grande Mosquée de Paris, puis avec son fils. Je n'ai rien obtenu. Rien.

    Alors aujourd'hui, épuisée, écoeurée, ne sachant plus à quel saint me vouer, ni à quel pouvoir m'adresser puisqu'ils sont tous plus ou moins dirigés par une pensée unique, j'écris cette lettre à « Opinions ». Je me réfère aussi à l'extrait d'un article écrit par Emile Zola au Figaro, le 21 mars 1896, dans lequel il disait ces mots : « Alors est-ce qu'on ne pourrait pas de nation en nation commencer par tomber d'accord sur l'amour qu'on doit aux bêtes ? De cet amour universel des bêtes par-dessus les frontières, peut-être arriverait-on à l'universel amour des hommes. »

    Je pose la question au gouvernement de mon pays, au président de la République pour lequel j'ai voté avec tout l'espoir du monde, à ceux qui nous dirigent de Bruxelles d'une façon désastreuse, à ceux qui nous imposent le diktat fallacieux et imbécile des fameux « Droits de l'homme ». Serais-je obligée, dans un avenir proche, de fuir mon pays devenu terre sanglante et violente pour m'expatrier, essayer de trouver ailleurs, en devenant moi-même émigrée, le respect et l'estime qui nous sont, hélas ! quotidiennement refusés ?

    Brigitte BARDOT.

    C'est une personne unique et courageuse, c'est une belle personne qu'il nous faut respecter pour l'oeuvre de sa vie vouée toute entière aux animaux. Je pourrais parler de son attachement à son pays bien sûr mais je voudrais ici après cette lettre dénoncer la lâcheter des Hommes. Nous aurions davantage respecté Brigitte Bardot si elle était restée une star médiatique cependant elle a  fait le choix de s'écarter de ce milieu artificiel qui ne lui convenait pas. Elle a eu ce courage de contrer les institutions. Sa fondation est une nécessité désormais dans notre pays et dans le monde aussi et j'adhère absolument et sans aucune retenue à ses convictions profondes que nous devons tout à la nature et qu'il nous faut impérativement la respecter et respecter toutes les espèces animales qui sont utiles à notre survie.

    Brigitte Bardot est chez moi chez elle

    Brigitte BARDOT et sa lettre ouverte

     A l'occasion de ses 80 ans, Brigitte Bardot est à l'honneur d'un épisode d'Un jour, un destin présenté par le journaliste Laurent Delahousse mardi 23 septembre 2014 sur France 2. J'espère que Laurent Delahousse se tiendra mieux que ne l'a fait Fogiel en son temps lors de la dernière apparition à la télévision de cette grande dame.

    EN COURS

     

    Pin It

  • Commentaires

    2
    Vendredi 10 Octobre 2014 à 14:30

    Nous sommes d'accord Michèle. Merci de votre petit mot. Bonne journée. Amitié.

    1
    Vendredi 10 Octobre 2014 à 14:24

    Je respecte et j'admire Brigitte Bardot, pour le choix qu'elle a fait, courageusement dans sa vie, pour  avoir largué toutes ces futilités qui l'entouraient et qu'elle n'aimait guère,et s'etre consacrée a la survie des animaux bien plus humains que l'homme et ça elle le sait...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :