• Billet d'humeur la politique aujourd'hui

    Billet d'humeur sur notre politique aujourd'hui

    Billet d'humeur la politique aujourd'hui

    F.Fillon a fait son discours devant des milliers de partisans réunis pour le soutenir dans le calme et la sérénité qui s'imposaient forcément compte tenu de l'évolution caotique de la campagne présidentielle en cours.

    Tous les candidats ne sont pas encore déclarés il faut attendre le 17 mars cependant la guerre est déclarée entre la droite (Fillon pour LR qu'on tâche d'évincer par tous les moyens mais rien n'est effectif de ce côté encore tant le parti des Républicains se démène actuellement pour savoir s'il faut ou non remplacer Fillon qui sera peut-être je dis bien peut-être mis en examen pour une histoire incroyable d'emploi fictif alors que Fillon lui-même a été élu très démocratiquement) à gauche (Macron le fils spirituel de Hollande qui revendique haut et fort, après avoir insulté les Pieds Noirs et les Harkis et la France toute entière de crime contre l'humanité, oui Macron qui revendique  aussi son "immaturité et son inexpérience politique" mais ça on a pu effectivement le constater. Macron rejoint par Bayrou qui se disait tout d'abord de droite puis est passé au centre puis on ne savait plus dans la mesure où en 2007 il soutenait Ségolène puis en 2012 il soutenait Hollande ???!!!) encore à gauche ? Hamon que certains écologistes ont rejoints mais pas Mélenchon du moins pour l'instant qui est oh je ne sais pas bien un PG parti de gauche ok soutenu ou pas je ne sais plus, par les communistes et oui il y en a encore un petit peu en France. Je n'oublie pas le partie FN avec Marine Le Pen qui elle aussi se retrouve mêlée à des affaires judicières.

    Bref la France est dans une vraie panade et la plus totale parce qu'on a fait tout pour l'y mettre et que beaucoup se sont jetés dedans, ainsi je pense très sincèrement que la seule réussite du président sortant aura été celle-ci, mettre la France et les Français dans un kk énorme et puant.

    J'ai retenu quelques extraits du discours de Fillon simplement parce que je me retrouve bien dans ses propos ce qui ne veut rien dire du tout pour la suite des évènements du moins en ce qui me concerne.

    " Vivre, c’est ne pas se résigner ! ", écrivait Camus.

    ... Elle s’est amplifiée depuis cinq ans. Cinq longues années durant lesquelles notre République a été mise à mal ...

    ... Cinq ans pendant lesquels nous avons vu notre pays, petit à petit, descendre dans un long hiver historique, se replier sur lui-même, perdre son rang économique, sa place en Europe et notre tissu social se déliter à la vitesse d’une pelote ...

    ... Et pendant ce temps-là, qu’ont-ils fait tous ces socialistes qui auraient dû uniquement se consacrer à l’intérêt national ? Rien ...

    ... Ils étaient trop occupés par une seule obsession : mettre en place une série d’accommodements déraisonnables et de démissions camouflées, selon les vieilles règles de la   IVe République.  Des arrangements d’appareil. Toutes les décisions lourdes, importantes, reportées. La nomination des amis parce qu’ils sont des amis et non pour ce qu’ils valent. Le mépris de la vérité qui dérange. L’oubli des réalités qui fâchent. Tout cela nous l’avons vu, nous le voyons encore, alors que le monde se fait, autour de nous, plus dangereux, plus incertain chaque jour. Au dehors c’était la guerre, et l’on réduisait le budget de nos armées. La dislocation de l’Europe, et l’on nommait Harlem désir pour s’en occuper. Au-dedans c’était la crise, et l’on continuait à dériver comme un bâton au fil de l’eau. Six millions de chômeurs, neuf millions de pauvres, une jeunesse en déshérence, un pays qui doute, des Français qui se divisent, la haine qui s’installe. Une génération sacrifiant la suivante, abaissant son éducation, la condamnant a ployer  jusqu’à la fin sous le fardeau d’une dette insoutenable, au sein d’un pays déclassé, au milieu des ruines de notre industrie, de notre économie, sans rêves réalisables, sans argent, sans emploi, sans avenir ...

    Notre pays n’a pas été gouverné, il a été géré par le premier secrétaire du parti socialiste.

    Dès le début, le hollandisme a montré son vrai visage : ces synthèses impossibles, cette alternance d’attentisme et d’activisme poussif et brouillon, cette crainte constante d’affirmer clairement un cap, préférant caboter le long de l’actualité.

    Il paraît qu’il ne faut pas parler de cela, que le droit d’inventaire nous est refusé. Une élection chasse l’autre. Les commentateurs ne s’intéressent qu’à cette course d’obstacles des prétendants, qu’à la tactique. C’est un mauvais feuilleton. Dans ce récit effarant la France a comme disparu et les Francais aussi ...

                 Nous sommes en état d’urgence mais à en écouter certains il est urgent de ne pas en faire état.

    Dites-vous bien que les chimères politiques sont appelées un jour ou l'autre à se fracasser sur la réalité.  

    Comment exprimer ici ma peur et mon désarrois quant à l'élection de notre prochain président ? Comment exprimer mon dégoût face à toutes ces attaques qui arrivent à point nommé, il faut bien le dire. Comment dire que je n'ai plus confiance en personne ? Comment affirmer que je saurai pour qui voter le jour J ? franchement entre nous je n'ai pas de réponses à ces questions que je me pose.

    Ah mais une chose est cependant certaine je ne rejoindrai jamais mais alors jamais la gauche de Macron ni d'aucun autre d'ailleurs Macron qu'"on" dit déjà gagnant, la gauche... JAMAIS.

    Je suis écoeurée par cette campagne écoeurante.

    Billet d'humeur la politique aujourd'hui

     

     

    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :