• Aaron de Najran

    AARON DE NAJRAN

    Aaron de Najran

    son blog L'âme de fond

    Aaron de Najran est impossible à trouver ni à joindre

    Aaron de Najran

    Parce que l'étoile filante dont nous parle Aaron dans la poésie ci-dessous, c'est forcément Maïa mais lui ne le sait pas encore... Il faut faire courir ce message jusqu'en Finlande ou en Afrique et que les mots d'Aaron se noient dans les sables de l'Afriqiya de l'écrivain Maïa ALONSO et ce, très honorablement.

     

    Aaron de Najran

    Ce matin, j'ai trouvé une étoile filante
    dans ma tasse de thé
    toute nue, dans une feuille de rhubarbe
    elle grelottait
    je l'ai prise dans mes doigts
    je l'ai enveloppée dans une couverture de cachemire
    elle a bu un bol de lait
    et maintenant, elle dort à côté du feu

    Cette nuit, j'ai laissé la fenêtre un peu ouverte
    pour qu'elle puisse respirer
    et puis, là-haut, il y a bien quelqu'un qui l'a vu trébucher
    et tomber dans ma tasse de thé
    et qui viendra la chercher
    peut-être.

    Aaron de Najran

    Aaron de Najran

    Je te porte un rayon de soleil ce matin
    pour que tu le gardes
    bien sûr ce n’est pas un grand soleil qu’on adore
    comme un soleil inca
    ou un soleil avec une montre en or
    non, c’est un soleil tout petit
    pas plus gros qu’une oreille de souris

    Je l’ai trouvé dans la rue
    tout mouillé, sous le trottoir
    blotti au pied des falaises de ciment
    il n’avait personne
    alors je l’ai pris avec moi

    Il était très fatigué,
    il avait tellement marché depuis l’Afrique
    il ne peut pas voler tu sais
    il n’a que deux pailles grêles qui lui servent de jambes
    pour traverser la mer le désert
    et la Provence

    Je suis né au Kilimandjaro, m’a-t-il dit
    sur un cil de velours d’une girafe
    là haut, en haut des acacias
    là où le ciel se balance
    dans les grappes de fleurs blanches

    Aujourd’hui, je te le confie
    prends-en soin, je n’ai que lui
    parce que moi maintenant
    il faut que j’aille dans la gueule des falaises

    Aaron de Najran

    Aaron de Najran

    Ce matin, je me suis réveillé d’un bond
    En sueur.
    Plus de maison autour de moi
    Plus de pyjama
    Plus de boule blonde qui me chauffait les draps
    Plus d’oiseaux dans mes cheveux
    Plus de clopes.

    Me voilà tout nu au milieu de je sais quoi
    le bitume à marée haute
    les voitures qui me foncent avec des yeux jaunes
    et des essaims de vaches tout autour

    Vous imaginez l’angoisse !
    Authentique
    Celle de kierkegaard.

    Et rien.
    Pas une étoile
    Pas un croissant
    Pas même un brin d’herbe pour écrire un poème

    Heureusement, hier soir
    Audrey a trouvé un cosmos sur la colline
    Il grillonnait dans sa main
    Audrey, c'est ma copine

    Mais bon dieu où a-t-elle bien pu le mettre ?

    Aaron de Najran

    Le portrait d'une femme

    Dessine d'abord un visage
    une âme
    et des yeux profonds comme des ambres
    Esquisse le contour d'un sourire
    pose-le sur le visage

    Dessine ensuite un corps, au crayon fin
    avec deux pommes des seins
    un coeur qui bat
    et une robe d'aquarelle
    Décore le tout avec des grelots d'argent
    quelques perles de verre
    et une cerise de corail
    Parfume d'un grain de santal
    ou de canelle

    Vérifie ensuite que tu n'as rien oublié
    chevilles, cils, grains de beauté…
    quand tout sera en place
    tu verras le dessin se mouvoir
    de lui-même
    comme une algue

    Maintenant, la dernière touche
    la plus importante
    Renverse l'encrier sur le dessin
    d'un coup, sans hésiter
    il faut que l'encre recouvre bien le dessin
    de la tête aux pieds
    comme une cagoule
    et l'encre doit être bien noire
    bien mate
    pour étouffer les rires et les cris

    Si les doigts dépassent
    coupe-les
    de même les pieds

    Voilà, le portrait est fini
    c'est une femme d'Arabie.

    Ce sera ta mère, ajouta-il doucement.

    Aaron, 1998.


    Aaron de Najran

     

    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :