• Cette année et plus précisément avant hier, nous avions perdu notre petite Louane de vue.. une bonne demi heure de recherches à plusieurs dans un endroit bien clos mais immense et empli de gens de toutes sortes et de passage.. l'angoisse a été difficile à vivre et les horribles histoires d'enfants disparus nous sont remontés en mémoire en quelques secondes et cela malgré les recommandations faites, dites et rabâchées à longueur de temps. Finalement et bien heureusement Louane était dans un petit coin assez en retrait avec des petits camarades de son âge sans se douter nullement de la terrible hantise qu'elle provoquait. Tout s'est bien terminé et heureusement mais il y a eu de très sérieuses discutions après les retrouvailles joyeuses et rassurantes. Conclusion même à 7 ans ne jamais perdre ses enfants de vue. J'ai retrouvé une poésie écrite en 2014 si mes souvenirs sont exacts.

     

    Le conte merveileux,

     

    Il fait si bon ici ce soir
    sous les étoiles lumineuses,
    qui ont redonné de l'espoir
    à l'enfant restée silencieuse.

    Elle avait perdu la parole
    un jour où elle avait croisé
    un méchant homme près de l'école
    qui l'avait beaucoup tourmentée.

    Depuis ce jour, toute fermée
    et sans le vouloir vraiment
    elle n'arriva à s'exprimer
    devant les petits ni les grands

    Elle pensait ne trouver ses mots
    que parmi les astres d'argent,
    elle avait cherché le radeau
    qui l'y mènerait en voguant.

    Mais sur la terre point de bateau.
    Grimpée sur la branche d'un chêne
    le vent la poussa très très haut,
    l'air était frais, la lune pleine.

    Elle avait laissé son village
    cherchant sa route, trouvant sa voie,
    elle partait pour un grand voyage
    qui devrait la mener à sa voix.

    Croisant des mouettes rassasiées
    qui venaient tout droit de la mer
    elles les entendit crier
    que le chemin était ouvert.

    Le vent des pleurs sur sa route,
    sur une étoile la déposa,
    une silhouette sous la voûte
    lui dit - c'est moi, je suis ta voix,

    ne sois surtout pas effrayée
    prends plaisir à goûter ces fleurs
    dont les pétales en nuées
    vont t'enchanter par leur saveur.

    Et la fillette à la volée
    les saisit délicatement
    leur trouva le goût tant aimé
    des mots que l'on dit en parlant.

    Il faut parfois croire au miracle
    ou à un conte merveilleux
    pour passer outre les obstacles
    qui nous rendent si malheureux.

     Il fait si bon ce soir rêver
    sous les étoiles radieuses
    à l'écouter ainsi chanter
    cette enfant à nouveau heureuse.

     

    Catherine Pallois - Allias Marthe des Monts - Tous Droits Réservés

     

     Pour ce qui est de la musique j'ai voulu changer et comme nous avons fait des échanges d'idées sur la musique classique en général avec mon amie Brigitte j'ai fait ce choix-là car je l'aime beaucoup, c'est superbe. Ah.. ce violon ! ah.. ce piano !

     

    Antonín Leopold Dvořák est un compositeur tchèque, né le 8 septembre 1841 à Nelahozeves à 30 kilomètres au nord de Prague en Bohême, et mort à Prague le 1ᵉʳ mai 1904. 

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires